Portrait Montréal

Bozzini Quartet

“Montréal is well worth the trip.”
— La Folia
“Dans le jeu du Quatuor Bozzini la précision et la vivacité trouvent un équilibre idéal… Le Quatuor Bozzini souligne de façon admirable les cellules structurelles. En dépit d’une formidable impression d’accomplissement du jeu, la froide perfection est bannie.”
— MusikTexte
“… mais le tout demeure un joli portrait de nos compositeurs montréalais.”
— emoRAGEi
“Picked as the Prix Opus 2001 “Discovery of the Year,” this is indeed an ensemble to watch.”
— The WholeNote
“Raffiné.”
— SOCAN, Paroles & Musique
“… des croisements subtils et complexes entre les quatre musiciens.”
— Revue & Corrigée
“… Quatuor Bozzini gives us both something to treasure now, and further delights to look forward to.”
— Splendid E-Zine
“What strikes me first listening to this CD is the enthousiastic and daring playing by this quartet… First of all this CD introduces us to a great and ‘fresh’ string quartet and secondly it offers a well-balanced portrait of modern composed music from Canada.”
— Vital
“Une collection qui nous réserve bien des surprises.”
— Voir
“L’excellent Quatuor Bozzini grave un premier disque à l’image de son mandat de faire découvrir les musiques contemporaines d’ici. Il le fait très bien, avec cohésion et personnalité, avec l’éclectique Portrait Montréal.”
— La Presse
“Une très bonne nouvelle que ce premier disque du Quatuor Bozzini…”
— La Scena Musicale

Track Listing

About

Moving freely from avant-garde events to traditional concerts, the Bozzini Quartet was characterized by the Irish Times as a “group which gets its teeth into music: quiet or loud, fast or slow, these Canadian musicians play with compelling engagement.” With this new collection of recordings, Bozzini Quartet is pursuing its desire to explore the diversity of contemporary music. This inaugural volume of the collection,“Portrait Montréal,” pays homage to the richness of Montréal—the creative link of the four featured composers; Claude Vivier, Jean Lesage, Michael Oesterle et Malcolm Goldstein. It bears witness to Bozzini Quartet’s commitment to Montréal and its artists.

Format
CD
Label
Collection QB
Catalogue no
CQB 0401

In the Press

Never Enough String Quartets!

By Grant Chu Covell in La Folia (USA), December 1, 2006
Montréal is well worth the trip.

The Bozzini’s wonderful debut self-release explores four diverse Canadians (Portrait Montréal, followed with Reich’s Different Trains). Vivier ought to be the most familiar. A Stockhausen student and Grisey follower, his murder is deplored by many as a blow to music. Originally scored for percussion, the quirky Pulau Dewata, “infused with the spirit of Bali,” reflects Vivier’s voracious response to influences. Winking at Satie, Lesage’s second in six short movements flirts with expectations and forms. In delicately muted tones, Oesterle’s magical Daydream Mechanics V sequences stanzas the delicate harmonies of which support a gently ornamented perpetual motion. Hushed speech signifies each stanza’s change. Keep an eye out for CQB’s upcoming new Oesterle release. Goldstein asks for structured improvisation and receives a hearty compendium of smartly used avant-garde techniques in return. Montréal is well worth the trip.

Wie angegossen: Quatuor Bozzini erstmalig auf Compact Disc

By Ludolf Baucke in MusikTexte #106 (Germany), September 1, 2005

Portrait Montréal

By Nicolas Pelletier in emoRAGEi #23 (Québec), March 9, 2005
… mais le tout demeure un joli portrait de nos compositeurs montréalais.

Le Quatuor Bozzini présente ce Portrait Montréal en interprétant deux compositeurs québécois (Claude Vivier et Jean Lesage), une œuvre de Michael Oesterle (Daydream Mechanics V) d’après la poésie de Nicole Brossard et une commande à Malcolm Goldstein, A new Song of many faces for In These Times. Personnellement, c’est Pulau Dewata, écrite par Vivier en hommage à la musique de Bali, qui m’a le plus touché. La rythmique, la mélodie particulière et l’esprit de la danse de Bali y sont tout à fait reconnaissables, pour peu que vous en ayez écouté. Habituellement joué avec de somptueuses percussions traditionnelles, ça devient de la pure merveille lorsque orchestré pour le Quatuor Bozzini qui comporte deux violons, un alto et un violoncelle. La suite de ce disque est plus ardue pour le profane, mais le tout demeure un joli portrait de nos compositeurs montréalais.

Review

By David Olds in The WholeNote #10:6 (Canada), March 1, 2005
Picked as the Prix Opus 2001 “Discovery of the Year,” this is indeed an ensemble to watch.

While the Leroux disc is presented as a portrait of a composer, in the string quartet discs mentioned above we are given portraits of places. The Quatuor Bozzini disc Portrait Montréal (CQB 0401 www.actuellecd.com) says as much in the title. We are presented with works by four very different composers which not only showcase the diversity of the Montréal new music scene, but also the wide area of interest and expertise of the Bozzini Quartet. Beginning with Michael Oesterle’s arrangement of the late Claude Vivier’s (see Pamela Margles’ review of Chants in the Modern and Contemporary section) classic Pulau Dewata, a Balinese-inspired work originally scored for any combination of instruments, the disc moves through Jean Lesage’s post-modernist pastiche (in the best sense of the word) Quatuor à cordes II and Oesterle’s own haunting Daydream Mechanics V, to the structured improvisation of Malcolm Goldstein’s A New Song of many faces for In These Times. Picked as the Prix Opus 2001 “Discovery of the Year”, this is indeed an ensemble to watch. My only regret with this disc is that in spite of program notes for the individual pieces there is no information whatsoever provided about the composers.

Critique

By Gabriel Bélanger in SOCAN, Paroles & Musique #12:1 (Canada), March 1, 2005
Raffiné.

Formé de Clemens Merkel, Nadia Francavilla, Stéphanie Bozzini et Isabelle Bozzini, le Quatuor Bozzini nous fait découvrir de nouvelles avenues de la musique contemporaine à travers cet album qui revendique son union à Montréal comme lieu de création et scène musicale privilégiée. Fort de plusieurs tournées internationales, il nous présente ici les oeuvres de trois compositeurs montréalais très avant-gardistes, Michael Oesterle, Jean Lesage et Malcom Goldstein, ainsi que du grand Claude Vivier, avec une oeuvre de 1977 écrite en hommage au peuple de Bali. Raffiné.

Critique

By Pierre Durr in Revue & Corrigée #63 (France), March 1, 2005
… des croisements subtils et complexes entre les quatre musiciens.

Le violoniste et compositeur Malcolm Goldstein n’est pas un inconnu pour les lecteurs de Revue & Corrigée, ni pour les spectateurs qui suivent les programmations de musique contemporaine alternative sur les scènes hexagonales: Vandoeuvre, Fresne-en-Woëvre, Strasbourg, Montreuil, Grenoble pour n’en citer que quelques points de chute. Interprète de John Cage, de James Tenney parmi d’autres compositeurs contemporains nord-americains, il pratique aussi l’improvisation, en soliste et avec divers partenaires, tels Matthias Kaul ou ses compatriotes d’adoption Rainer Wiens ou John Heward.

Le Quatuor Bozzini fréquente depuis peu les scènes contemporaines plus conventionnelles. Créé en 1998 par les soeurs Stéphanie et Isabelle Bozzini (respectivement à l’alto et au violoncelle) en partenariat avec les deux violonistes Clemens Merkel (d’origine allemande) et Geneviève Beaudry, il se consacre principalement mais non exclusivement au repertoire contemporain (George Crumb, Steve Reich) et a déjà travaillé avec (Tim Brady. La formation sera aussi a l’affiche à la fin de l’hiver au Montréal / Musiques Nouvelles, dans un programme associant les compositeurs Benedict Mason et Rene Koering ou en partenariat avec le Hilliard Ensemble. A New Song of many faces for In These Times, composition de Malcolm Goldstein et interprétée par le Quatuor, permet de réunir ces deux enregistrements. D’autant plus que les deux productions proposent chacune une version de cette pièce: la version figurant sur Hardscrabble Songs a été enregistrée en mai 2002, celle qui se trouve sur Portrait Montréal en août-septembre 2003, alors que la violoniste Nadia Francavilla a succédé à Geneviève Beaudry. Cette pièce met en jeu une forme d’improvisation structurée qui débute par une atmosphère un peu nonchalante (chant coulant) avant de démarrer un violent ballet ou s’entrecroisent rageusement les divers instrumentistes (chant brutal); puis la confrontation cède la place au chant tourmenté avant de finir sur une note plus optimiste (chant intime). Cette structure en quatre mouvements reprend quelque peu l’idée développée dans la pièce éponyme. En effet Hardscrabble songs, créée en 2000, évoque une certaine idee de l’Amérique véhiculée par quatre chansons, une Amérique dans laquelle les idéaux démocratiques sont dévoyés par des réalites moins reluisantes, où la spéculation boursière (le jeu de violon est déstructure évoquant l’âpreté de l’appât du gain) côtoient la pauvrete (jeu dur, grinçant, tendu, presque effrayant). Deux autres pièces évoquent cette Amérique, comme l’indique Malcolm Goldstein: la ségrégation raciale des années 50 avec My feed is tired, but my soul is rested avec sa ligne mélodique sous-jacente et empreinte de blues, l’hystérie anticommuniste puis antiterroriste dans Where are we going when we’re standing still, looking backwards sorte de boucle sonore offrant un travail plus tenu, plus minimal, parfois proche du silence, mais évolutive. Soundings est d’essence plus musicale, puisque, à l’image d’un ancien enregistrement de Malcolm Goldstein (Sounding the fragility of line, 1988), elle a pour but d’explorer uniquement divers approches sonores et interactives de l’instrument et de l’instrumentiste. Outre la piece de Malcolm Goldstein, deja evoquee, Portrait Montréal, premier enregistrement du Quatuor Bozzini, se consacre à trois compositeurs de la ville québeçoise. Pulau Dewata (l’île des dieux), inspire par la découverte de la culture balinaise est l’une des oeuvres les plus emblématiques de Claude Vivier (compositeur assassiné à Paris en 1983 à 35 ans). La version pour quatuor à cordes (la pièce est prévue pour s’adapter à différents instruments) apparaît ici plus energique que celle, par exemple, du Nouvel Ensemble Moderne. Michael Oesterle, qui en a réalise l’arrangement, offre lui aussi une de ses compositions au Quatuor Bozzini, Daydream Mechanics V. Sur un mode répétitif (on y sent l’inspiration d’un Steve Reich) mais détourné par les interventions solistes, le quatuor explore un univers un peu trouble, mystérieux et halluciné. Le Quatuor à cordes no 2 de Jean Lesage, suite en 6 mouvements joue quant à lui sur des sonorités plus classiques d’un quatuor à cordes (pas de grincements par exemple) mais en provoquant des croisements subtils et complexes entre les quatre musiciens.

Review

By Brett McCallon in Splendid E-Zine (USA), February 24, 2005
… Quatuor Bozzini gives us both something to treasure now, and further delights to look forward to.

Between the exploits of the ever-intriguing Constellation roster and Splendid’s frequent and welcome receipt of experimental and avant music courtesy of various public arts councils from north of the border, I’m slowly becoming convinced that everything interesting in instrumental music is being developed by a shadowy cabal of talented Canadians. Sure, this feeling probably just highlights the gaps in my knowledge of similar musics from other regions, but it’s clear that there are some mighty talented, forward-thinking people up yonder.

Quatuor Bozzini, who probably wouldn’t mind too terribly if you wanted to refer to them as the Bozzini Quartet, perform four pieces on Portrait — one that dates back to the late ‘70s and three composed since the turn of the century. The tie that binds the four composers is neither temporal nor thematic, but rather geographical: these four diverse-sounding pieces are each the product of a Montréal-based artist. It’s an interesting approach to building an album, and in fact the connection is subtle enough that it’s possible to enjoy the pieces’ juxtaposition without knowing that they share anything other than the same group of interpreters.

Claude Vivier’s Pulau Dewata kicks off the album with an homage to Bali. It is at turns earthy and effervescent, and ends with a traditional Balinese figure that bears with it the feeling of a benediction. Jean Lesage’s Quatuor a cordes II, the disc’s most ambitious piece, develops its themes through six short movements, each more intriguing than the last. Michael Oesterle’s hypnotic Daydream Mechanics V follows, insistently exploring one repeating figure from all possible angles, sounding like the incantation that induces a higher state of consciousness. The final piece, Malcolm Goldstein’s A New Song of many faces for In These Times, is also by far the most aggressive: whereas the previous pieces had the feel of polite conversation, Goldstein’s scratchy staccato intimations and plinky ripostes only gradually subside into a mournful, solitary keening. It’s deeply affecting, if perhaps overlong.

Here, then, yet another group of young Canadian artists has knocked one out of the park. Apparently Portrait Montréal is only the first in a series of similar albums, each of which will approach thematic unity in a different way. In this way, then, Quatuor Bozzini gives us both something to treasure now, and further delights to look forward to.

Review

By Dolf Mulder in Vital #456 (Netherlands), January 5, 2005
What strikes me first listening to this CD is the enthousiastic and daring playing by this quartet… First of all this CD introduces us to a great and ‘fresh’ string quartet and secondly it offers a well-balanced portrait of modern composed music from Canada.

The music released through the Ambiances Magnétiques label covers a wide spectrum: extreme noise music by Tétreaul, all kinds of improvised music and jazz, beautiful songs by someone like Letarte, but also modern ‘classical’ music. Both two new cds belong to the last category.

Canadian composer and guitarplayer Brady offers two of his new compositions on his new cd. Playing Guitar: Symphony #1 is a work in 5 movements, two movements being subdivided in two parts. If you aks me what is ‘classical’ about his work then it surely is the symphonic nature of this piece. We hear Tim Brady on electric guitar accompanied by the 15-piece Nouvel Ensemble Moderne. Besides there is an important role for live electronics and sampler played by Brady. Part 1 is a very driven - Louis Andriessen like - piece. The second movement is dense and at a much lower pace. The third movement is more or less completely electronic. Like in movement 1 we hear in the second part of the third movement the complete ensemble playing a very dynamic hammering intersection, that continues in movement 4. The first part of the 5th movement is a beautiful solo piece for Brady on guitar. In the second part the music becomes very complex and culminates in a climax fading out with quiet electronic sounds in the last few seconds. It’s very rich and engaging work. At the core of this recording is the live recording a the piece in june 2003. In the process of mixing and editing guitar and sampler parts were added. The second compositions Frame 1 - Resonance is performed by his ensemble Bradyworks, consisting here only of two players: Pamela Reiner on piano and Tim Brady himself on guitar and treatments. For this composition Brady was inspired by a thought of a friend who imagined a piece for piano and guitar where “the guitar would act like a big, electronic resonator for the piano part, becoming a huge electroacustic sustain pedal”. Again a more than interesting work by Brady.

On Portrait Montréal everything is in four: four compositions from four different composers, played by four musicians, the Quatuor Bozzini. We hear the following works: Pulau Dewata (by Claude Vivier), Quatuor à cordes II (Jean Lesage), Daydream Mechanics V (Michael Oesterle) and A New Song of many faces for in These Times (Malcolm Goldstein). String quartet Quatuor Bozzini plays music from classical and romantic times, but have a great love for modern music. For their debut cd they concentrate on modern music from their hometown Montréal. What strikes me first listening to this cd is the enthousiastic and daring playing by this quartet. Pulau Dewata is played here in an arrangment by Michael Oesterle. It was Vivier’s tribute to balinese music. The post-minimal composition Daydream Mechanics V by Oesterle also is inspired on folk music. Though not asiatic music this time. Now we hear echoes of eastern Europe. Jean Lesage on the other hand stays close to the western classical tradition. He plays with this idiom with great skill and dedication. Malcolm Goldstein is not only a composer but also a well-known improvisor on violin. So it should not wonder that his composition gives room for improvisation. As a result this is the most vivid piece on this cd. First of all this cd introduces us to a great and ‘fresh’ string quartet and secondly it offers a well-balanced portrait of modern composed music from Canada.

Critique

By Réjean Beaucage in Voir (Québec), December 23, 2004
Une collection qui nous réserve bien des surprises.

Il y a longtemps que l’on attendait un disque du Quatuor Bozzini et c’est avec sa propre collection (distribuée par DAME) que l’ensemble se lance enfin pour nous offrir ces premiers extraits de son répertoire. On y entend la trèss surréaliste Daydream Mechanics V de Michael Osterle, qui signe aussi un très bel arrangement de Palau Dewata de Claude Vivier, et des pièces de Jean Lesage et Malcolm Goldstein. Une collection qui nous réserve bien des surprises.

Portrait éclectique

By Guy Marceau in La Presse (Québec), December 4, 2004
L’excellent Quatuor Bozzini grave un premier disque à l’image de son mandat de faire découvrir les musiques contemporaines d’ici. Il le fait très bien, avec cohésion et personnalité, avec l’éclectique Portrait Montréal.

Pour ses 10 ans, l’excellent Quatuor Bozzini grave un premier disque à l’image du mandat qu’il s’est donné de faire découvrir les musiques contemporaines d’ici. Il le fait très bien avec cohésion et personnalité avec l’éclectique Portrait Montréal. Dans Pulau Dewata (1977) de Claude Vivier, les cordistes confèrent drame et mystère à cette pièce qui traduisait l’esprit du Bali (mieux servie aux percussions d’origine). L’œuvre est toutefois bien arrangée pour quatuor à cordes par Michael Oesterle, de qui on a aussi inclus Daydream Mechanics V (2001), œuvre répétitive et minimaliste rappelant Glass. Spécialiste de l’œuvre de Jean Lesage, le Bozzini interprète son Quatuor à cordes II (2001), œuvre habile, vivante et ludique aux nombreux emprunts délibérés au baroque (le néophyte devrait commencer ici); elle sied parfaitement aux quatre archets. Et de Malcolm Goldstein, A New Song of many faces for In These Times (2002), «improvisation structurée» et absconse de 20 minutes des plus grinçantes, distille les aigus dans une spatialité «dérangeante», pour reprendre le terme de la violoncelliste Isabelle Bozzini sur ce que devrait être la musique contemporaine. Je seconde.

Musique contemporaine, deux bébés Bozzini

By Guy Marceau in La Presse (Québec), December 4, 2004

Le premier marque les cinq ans du groupe; le second est tout juste né. Portrait Montréal, premier disque attendu du Quatuor Bozzini voué au répertoire contemporain, paru récemment chez DAME (voir critique dans nos pages), est sans conteste une excellente carte de visite pour le groupe et une vitrine sur quatre créateurs d’ici. L’autre, il s’appelle Félix, nous dit la mère, Isabelle Bozzini, et naquit le lendemain de l’entrevue, comme un cadeau de Noël avant l’heure.

Les bonnes choses n’arrivent donc jamais seules peut-on dire pour le Quatuor Bozzini qui a atteint l’âge tendre de 5 ans, seuil parfois critique pour les petites entreprises. «Au départ, on s’est demandé s’il y avait de la place pour um autre quatuar à cordes en musique contemporaine à Montréal, précise Isabelle Bozzini. Mais le Molinari et le Bozzini ne font pas tout à fait la même chose et à l’image des nombreux ensemblés baroques à Montréal, on se démarque en abordant les zones moins fréquentées.» D’ailleurs, la reconnaissance du milieu est venue deux ans après la création officielle du groupe lorsqu’il a été nommé Découverte de l’année aux prix Opos 2001. Mais a fond, les prix, qucssa’donne ?

«Évidemnment, le prix en argent donne toujours un sérieux coup de main à un groupe qui démarre dans le milieu, et ça paraît toujours bien dams une biographie, répond Isabelle. Mais on est davantage reconnu par le répertoire qu’on choisit et la façon de le présenter. Affirmer notre personnalité, c’est ça qui paye vraiment en bout de ligne.» Le Bozzini n’a pas attendu les prix et les éloges. Il a foncé droit devant dans un parcours marqué par le travail, la découverte et surtout, le souci de faire connaître les compositeurs canadiens (dont Rea, Bouliane, Godin, Rizutto) et nord-américains (dont Ives, Crumb, Reich), ici et à l’étranger. Pas une année depuis ne s’est déroulée sans qu’ils interprètent leur répertoire dans des festivals importants notamment en Allemagne, en Angleterre (Huddersfield Conternporary Music Festival), à Dublin (Crash Festival) ou au June in Buffalo. Le seul fait d’être réinvité dans ces pays confirme une certaine reconnaissance, et les critiques lues dans leur dossier de presse sont éloquentes à ce titre.

Un premier disque

Et le contenu de Portrait Montréal? «Mis à part l’oeuvre de feu Claude Vivier (Pulau Dewata), on a voulu souligner le travail de nos collaborateurs réguliers, dont Malcolm Goldstein (A New Song of Many Paces for in These Times) aujourd’hui établi au Québec, Michael Oesterle (Daydream Mechames V), et Jean Lesage (Quatuor à cordes II), précise Isabelle. D’ailleurs c’est expressément pour nous que Jean Lesage a écrit ses deux premiers quatuor à cordes, et il a le projet d’en écrire quatre.» Marqué par l’éclectisme, Portrait Montréal distille des atmosphères sonores étonnantes dans une facture relativement accessible pour le néophyte. Un plus pour cette musique qui est loin de rallier les grandes masses. «Si l’auditeur écoute le disque dans son salon, devient curieux et réfléchit à ce qu’il entend, il mettra peut-être le pied dehors pour venir nous écouter en concert. Ce sera déjà un grand pas.»

Le Quatuor Bozzini a connu deux changements d’effectifs. «On a maintenant trouvé la formation définitive tant au plan de l’expérience que dé l’intérêt pour la musique contemporaine», précise Isabelle. Depuis plus de deux ans, la violoniste Nadia Francavilla s’est jointe à Clemens Merkel, violon, Stéphanie et Isabelle Bozzini, respectivement altiste et violoncelliste. C’est avec cette nouvelle formation que le Bozzini a entrepris de résider jusqu’en 2005) au Théâtre La Chapelle. «Ce laboratoire nous a permis d’explorer d’autres approches, de provoquer des rencontres avec les autres arts de la scène comme la danse, de sortir du modèle du concert classique, et de jouer pour un autre type de public, ce qui n’est pas négligeable.»

À venir pour le groupe, d’abord une pause de quelques mois, maternité oblige, et retour aux instruments pour préparer les concerts de la deuxième moitié de la saison. Sur disque, dans leur série «qb», plusieurs projets mijotent mais un programme centré autour des quatuors du compositeur suisse Juerg Frey est déjà enregistré et paraîtra au printemps 2005.

Critique

By Réjean Beaucage in La Scena Musicale #10:4 (Québec), December 1, 2004
Une très bonne nouvelle que ce premier disque du Quatuor Bozzini…

Une très bonne nouvelle que ce premier disque du Quatuor Bozzini, qui, après avoir fait le tour des maisons de disques, a décidé de lancer sa propre collection. Il pourra ainsi enregistrer sans concession aucune des disques aux programmes tout aussi originaux que ceux auxquels nous ont habitués ses concerts. Ce premier disque regroupe justement quelques œuvres entendues ces dernières années dans les concerts de l’ensemble. Pulau Dewata, d’abord, de Vivier, dans son interprétation la plus énergique jamais entendue, puis le Quatuor à cordes II de Jean Lesage, inextricable filet de lignes entremêlées où les sonorités individuelles sont à leur apogée. Daydream Mechanics V, de Michael Oesterle, offre exactement ce que son titre promet, une musique à la carrure floue, traversant comme un pantin boîteux le brouillard du demi-sommeil. Malcolm Goldstein invite de son côté les interprètes sur le terrain miné de l’improvisation structurée dans A New Song of many faces for In These Times. Les interprètes s’y meuvent en experts, écorchant les cordes de leurs instruments dans un ballet brutal qui évoque des incendies à la Xenakis; le tout s’éteint cependant lentement, comme la douleur après une brûlure. 4/6