Ange noir / Black Angel

  • June 1, 2011
    9:00 pm
  • June 2, 2011
    7:00 pm
  • June 2, 2011
    9:00 pm
  • June 3, 2011
    9:00 pm
Théâtre de Quat’Sous
100, avenue des Pins Est — Montréal, Québec

About

June 2 at 9pm: show in English

Production of Théatre Momentum in collaboration with the Bozzini Quartet

Texts and mise-en-scéne, Jean-Frédéric Messier; music, George Crumb; lighting, Michel Beaulieu; costumes: Sharon Scott.

Part of the OFFTA.

A soldier leaves his country to go on a mission abroad. A String Quartet is buried under the rubble in an explosion. The soldier is killed while on patrol, and will live a mystical experience after his death.

In 2007, the Bozzini Quartet commissioned a text from Jean-Frédéric Messier, to accompany a performance of Black Angels by composer George Crumb. Written in 1970, this work is subtitled In tempore belli, which translates as «in time of war». George Crumb composed Black Angels as a reaction to the Vietnam war, this being the inspiration for Jean-Frédéric Messier to write his text.

In the Press

Critique

By Lucie Renaud in Clavier bien tempéré (Québec), June 3, 2011
… impeccablement interprétée par le Quatuor Bozzini

Un soldat en mission à l’étranger se raconte. Il parle de ses peurs, de son quotidien qui n’a rien de prévisible, de la mort qui rôde et qui le rappelle à elle. Une fois passé de l’«autre côté», il vit une expérience mystique, qui le transformera à jamais, qui influera peut-être même sur l’avenir de l’humanité. Cette histoire, on la découvre à travers les mots de Jean-Frédéric Messier (qui signe également la mise en scène), mais aussi la musique de George Crumb (Black Angels, Thirteen Images from the Dark Land, In tempore belli), impeccablement interprétée par le Quatuor Bozzini qui, en 2007, avait initié cette commande de texte. L’auteur a su plonger dans la matière musicale pour en extraire des fragments — des éclats plutôt — qui deviennent contrepoint d’un naturel saisissant, mots et sons entrant en véritable dialogue, les uns prolongeant le souffle des autres, l’horreur de la guerre se juxtaposant plus d’une fois au sublime.

Marcel Pomerlo, sur une scène dépouillée habillée tout au plus de deux gongs, transmet à la fois vulnérabilité et puissance au personnage, qu’il tente de comprendre ce qui lui arrive, qu’il se raccroche aux répétitions de gestes ou qu’il énonce des nombres dans des langues étrangères (astucieuse relecture de l’utilisation des chiffres 7 et 13, inscrits au cœur même de la partition de Crumb). Les mouvements des musiciens, spectres qui se veulent au fil des scènes simples témoins, participants ou interlocuteurs, s’intègrent astucieusement au propos plutôt que d’être plaqués. Saluons en terminant les éclairages somptueux de Michel Beaulieu qui deviennent part intégrante du récit.

Un 55 minutes hors du temps, qui abolit adroitement la frontière entre musique contemporaine et création théâtrale.

Jean-Frédéric Messier monte Ange noir / Black Angel avec le Quatuor Bozzini à l’OFFTA

By Michel Bélair in Le Devoir (Québec), May 28, 2011
… donne une œuvre hybride, inventive, profonde dans les thèmes qu’elle aborde.

Avec sa gueule de Rimbaud un peu trash, Jean-Frédéric Messier s’amuse depuis déjà 20 ans à brasser la cage des habitudes. Mi-quarantaine un peu frêle, musicien, auteur dramatique, poète, traducteur, metteur en scène et depuis peu professeur, il est, quoi qu’il fasse, associé à la bande de Momentum, qu’il a cofondée en 1990. Messier fait partie du noyau dur de cette génération qui repousse les frontières du théâtre que l’on fait ici. C’est un «multi», un multidisciplinaire par définition. Une de nos têtes chercheuses…

Il n’est pas étonnant de le retrouver à l’OFFTA avec le Quatuor Bozzini, un quatuor à cordes montréalais qui aime explorer les formes musicales nouvelles et même anciennes. Ange noir/Black Angel, un spectacle hybride de théâtre musical, prendra l’affiche du Quat’Sous mardi prochain dans le cadre du festival, pour quatre représentations.

Plus d’espace

Entre deux répétitions, dans le local de Momentum situé dans l’édifice Grover’s, Jean-Frédéric Messier parle de «l’histoire cachée» qu’il a trouvée dans cette partition qui revendiquait déjà son espace au début des années 1970. Il raconte que c’est le Bozzini qui s’est d’abord amené en 2007 avec Black Angel, la pièce du compositeur américain George Crumb, en lui demandant d’en tirer un texte.

«Le Bozzini était invité en Allemagne ou en Angleterre pour un concert important… Les musiciens souhaitaient donner un peu plus de temps et d’espace pour se développer à la pièce de Crumb, qui ne faisait qu’environ 25 minutes. En l’écoutant puis en déchiffrant la partition avec eux, j’ai tout de suite voulu m’attacher à décrire les 13 tableaux sonores dessinés par Crumb et auxquels il avait lui-même donné un titre. Ce fut notre première version de Black Angel

Messier précise que l’œuvre contemporaine a été écrite après le désastre de la guerre du Vietnam. Il est parti de ce contexte précis et de la résonance, encore aujourd’hui quasi omniprésente, de la guerre pour écrire son texte.

«En m’inspirant directement du titre des tableaux, j’ai écrit l’histoire d’un soldat qui meurt aujourd’hui en mission à l’étranger et qui connaît une expérience mystique dans ses derniers instants. Ça se présentait dans une sorte d’alternance musique, texte, musique mais je voulais que le tout prenne une forme beaucoup plus amalgamée. Je crois que ce coup-ci nous y sommes arrivés et que la création a pris sa forme finale. L’exploration résultant de la rencontre des deux compagnies et des deux disciplines donne une œuvre hybride, inventive, profonde dans les thèmes qu’elle aborde.»

Messier dira aussi que le Quatuor Bozzini tout entier (Clemens Merkel, Stéphanie Bozzini, Isabelle Bozzini et Mira Benjamin) est «partie prenante» de la création et qu’il ressent comme «un privilège» le fait d’avoir travaillé avec l’ensemble.

Et pourquoi ce titre français et anglais, Ange noir/Black Angel? Simplement parce que le Quatuor Bozzini est appelé à jouer l’œuvre un peu partout à travers le monde et qu’il peut déjà en proposer des versions anglaise et française, explique Messier. «Dans la version définitive, Marcel Pomerlo récite le texte français de la production, précise-t-il, et c’est Stéphane Demers qui le fait en anglais.» Durant l’OFFTA, on en donnera trois représentations en français et une, celle du 2 juin à 21h, en anglais.

Sculpter le silence

C’est loin d’être la première incursion de Jean-Frédéric Messier en musique. Au contraire, depuis Helter Skelter, un des premiers spectacles de Momentum au début des années 1990, il signe souvent la trame musicale de spectacles, qu’il en soit le metteur en scène ou non, qu’il écrive pour les ados (Avant sa disparition, Éclats et autres libertés) ou les plus vieux. Mais la production survient quand même à un moment précis de son parcours.

«Je ne travaille plus comme à mes débuts et ce spectacle en est une bonne illustration. Ange noir/Black Angel est un spectacle épuré par rapport à ce que j’ai fait jusqu’ici. Comme si, avec les années, j’avais pris goût au minimalisme. Maintenant, je constate que j’aime bien sculpter l’espace et accorder de plus en plus de place au silence: “sculpter le silence”, comme dit John Cage… Comme metteur en scène et comme auteur, j’essaie ainsi de donner de plus en plus d’importance à ce que ne disent pas les personnages. Après 20 ans de travail à Momentum et ailleurs, je pense avoir atteint une certaine maturité, une maîtrise aussi du langage scénique. C’est ce que j’ai maintenant le goût de faire: creuser en profondeur avec des gens que je connais et qu’on devienne ainsi encore plus conscients de nos forces et plus efficaces…»

Il raconte aussi que le fait de recevoir une commande vient cadrer différemment la relation au texte et à l’écriture. Dans ce contexte où on lui fait une demande claire, Messier dit «ressentir moins de pudeur». Être amené ainsi à parler de choses dont il n’aurait probablement jamais parlé. «Comme Dieu ici, parce que l’un des tableaux de Crumb s’intitule God’s Music…» Ce qu’il n’aurait jamais pensé faire de lui-même malgré tout son respect et sa connaissance de l’espace mystique des Amérindiens, par exemple.

«Je sens tout cela comme un repositionnement. Un nouveau départ», conclut-il en souriant comme quelqu’un qui peut à tout moment se moquer de tout, même de lui…

Other texts in

Circuit (Québec), Circuit (Québec)