John Cage: les quatuors à cordes

Salon qb 2014

  • April 22, 2014
    8:00 pm
Chapelle historique du Bon-Pasteur
100, rue Sherbrooke Est — Montréal, Québec

About

Concert en co-diffusion avec Le Vivier.

In the Press

Critique

By Normand Babin in Montréalistement (Québec), April 27, 2014
Il s’agissait donc de haute performance pour public averti.

Le Salon qb avait lieu cette semaine, qb non pas pour Québec mais bien pour Quatuor Bozzini, le quatuor à cordes spécialisé en musique d’aujourd’hui. Deux programmes chargés et denses: mardi l’intégrale de l’œuvre pour quatuor à cordes de John Cage que le Bozzini vient tout juste d’enregistrer et dont on faisait le lancement en même temps; vendredi, un brillant programme de deux œuvres québécoises et deux œuvres de compositeurs asiatiques contemporains.

25 avril:

Huang Ruo: String Quartet No. 2: The Flag Project (2009)

Maxime McKinley: Indécidable indiscernable (2014 — création)

Jo Kondo: Hypsotony (1989)

Denis Gougeon: Jeux de cordes (1995-1996)

  1. Jeu d’accents
  2. Andante des harmoniques
  3. Jeu sur un mode
  4. Chant
  5. Jeu d’imitation (Suivez-moi!)

L’œuvre de Huang Ruo interprétée en début de concert est une incantation, une musique de rituel spirituel. Les musiciens utilisent, en plus de leurs instruments respectifs, des cymbales tibétaines qu’ils frappent entre elles ou frottent à l’archet. Le quatuor devient petit orchestre et donne à entendre de très belles sonorités inédites. Dans le second mouvement, les cymbales frottées créaient une impression d’harmoniques très purs, comme si les sons étaient créés par un doux vent. En finale, un mouvement plus rapide, plus accentué, presque folklorique, le tout fort bien rendu par le quatuor. Une grande délicatesse dans le son, une immense attention portée à chaque détail ont fait de cette interprétation un grand succès. On ne peut pas dire que la pièce de Jo Kondo qui ouvrait la deuxième partie du concert ait générée le même plaisir d’écoute. Très complexe à exécuter, l’œuvre demande de hausser progressivement d’un quart de ton chaque note tenues plus ou moins longtemps. En suit une œuvre qui fait tanguer l’auditeur, on aura eu le sentiment de se retrouver devant un quatuor de facture classique, avec un langage classique qui aurait dérapé, qui se serait disloqué. Il est assez rare de nos jours d’entendre une pièce qui rende aussi mal à l’aise le public. Intéressante, Hypsotony doit être, je le répète, diablement difficile à rendre aussi bien qu’entendue vendredi soir.

Deux œuvres québécoises au menu donc. Maxime McKinley y allait avec la création de Indécidable indiscernable, son premier écrit pour quatuor à cordes. Il s’est donné à cœur joie dans le mélange des genres, et l’on a pu y entendre un mash-up de toutes les écritures typique du siècle dernier pour ce type de formation. Aux contours ravéliens, on a pu discerner quelques relents de Chostakovitch, des harmonies puisées chez Messiaen ou même des sonorités Gougeonnienne (! ). Mais l’important dans cette généreuse salade est qu’elle fonctionne et soit bonne en bouche. Rythmée, avec plusieurs passages à l’unisson ou homophoniques, il y a du diable dans la séduction que déploie cette pièce. La finale en rapido fughetto sauce piquante a emporté les cœurs et s’est attiré des applaudissements mérités et nourris. Même succès pour l’interprétation tout aussi enlevée du Jeux de cordes de Denis Gougeon. Cette suite de cinq petites pièces est ludique et particulièrement aisée à appréhender. Sur la pointe des pieds après un premier mouvement presque jazz, le compositeur nous prend par la main et nous conduit vers le deuxième mouvement, presque tout en harmonique qui évoque un harmonica de verre avec ses sons éthérés. Dans le quatrième volet, il donne une mélodie moyen-orientale qu’on pourrait avoir entendu chez Vivier pour nous abandonner dans un dernier mouvement trop bref et complètement fou de vitesse. Le Bozzini a su nous faire entendre avec ces deux pièces québécoises toute la richesse de sa palette sonore et l’amplitude de ses nuances. Quelle souriante conclusion à ce Salon qb.

22 avril:

John Cage

Thirty Pieces for String Quartet (1983)

Four (1989)

String Quartet un Four Parts (1949-50)

  1. Quietly Flowing Along
  2. Slowly Rocking
  3. Nearly Stationary
  4. Quodibet

Lorsque mardi, le concert a commencé dans le noir avec des musiciens dispersés autour de la salle, à jouer comme le compositeur le demande, chacun leur petit solo, le spectateur a été plongé dans une tout autre ambiance. Exigeante autant pour l’auditeur que pour les interprètes, la musique de John Cage n’attire ni les foules ni les ovations. Musique un peu autiste, elle demande aux musiciens de quatuor de jouer chacun pour soi mais en même temps d’être à l’écoute et en symbiose. Car qui dit matériel à improviser, dit forcément une écoute hors du commun. Éloignés les uns des autres dans la performance de Thirty Pieces for String Quartet, les cordistes ont eu fort à faire pour demeurer alertes et inspirés jusqu’au bout. L’écriture aléatoire de Cage ne permet pas de pause dans la concentration. Le Quatuor Bozzini avait eu la bonne idée de débuter le concert avec la pièce la plus exigeante pour l’auditeur. La pièce Four demande beaucoup aux instrumentistes. Les sons longs et un peu maigres se transportent d’un instrument à l’autre, dans un difficile jeu de justesse de son et de contrôle des nuances. Très longue, Four datant de 1989, représente probablement un grand aboutissement pour le compositeur qui voulait abolir les barrières imposées aux interprètes en ne laissant qu’un minimum d’indications sur la partition. Mais ce chemin, que d’autres ont suivi dans ces années n’a pas été très fréquenté par les mélomanes. En fait, l’auditeur se sent presque exclus du concert tant cette performance demande concentration et vision interne aux musiciens, tant ils doivent travailler fort pour arriver à rendre cette musique.

En fin de programme Cage, il était pour le moins rafraîchissant d’entendre une de ses pièces de jeunesse, une musique beaucoup plus facile d’approche, mais beaucoup moins représentative du langage du compositeur américain. Les saisons traduites ici en images sonores, mâtinées de modes folkloriques et de rythmes presque western. Musique fort légère si on la compare à ce qui précédait.

Le défi de présenter l’intégrale Cage en concert comme sur CD est imposant, et le Quatuor Bozzini le relève consciencieusement avec sérieux. L’aspect historique de cet événement doit être souligné à grands traits, même si cette musique n’est pas à mettre dans toutes les oreilles. Il s’agissait donc de haute performance pour public averti.

Other texts in

La Scena Musicale (Québec)