Musique d’art pour quintette à cordes

Montréal / Nouvelles Musiques 2015

  • March 5, 2015
    7:00 pm
Agora de la danse
840, rue Cherrier — Montréal, Québec

About

Musique d’art pour quintette à cordes transpose la corde vibrante de Pythagore dans un espace-temps contemporain. Le son de cinq instruments, du violon à la contrebasse, est amplifié, spatialisé et traité numériquement. L’invisible architecture du nombre se révèle par la disposition évolutive des musiciens sur la scène et par le plan d’éclairage qui les accompagne. Le public encadre les musiciens, de plain-pied avec eux. Chacun des spectateurs bénéficie de perspectives visuelle et sonore uniques. Tous prennent part à une expérience immersive hors norme.

In the Press

  • Réfléchir à la musique d’art in Clavier bien tempéré (Québec)
    “… la volonté de décomposer certains gestes […], de les détourner […], nous sensibilise à la production même du son, à ses infimes caractéristiques, à ses multiples possibilités aussi, mais nous ramène surtout à l’essence même de ce que les anciens appelaient l’harmonie des sphères.”

Réfléchir à la musique d’art

By Lucie Renaud in Clavier bien tempéré (Québec), March 6, 2015
… la volonté de décomposer certains gestes […], de les détourner […], nous sensibilise à la production même du son, à ses infimes caractéristiques, à ses multiples possibilités aussi, mais nous ramène surtout à l’essence même de ce que les anciens appelaient l’harmonie des sphères.

Fascinant comment Musique d’art pour quintette à cordes de Simon Martin créée avec brio hier soir par le Quatuor Bozzini​ et le contrebassiste Reuven Rothman, «philosophie du son» qui réfléchit à la nature même du son et aux liens que nous devrions entretenir avec lui, se lit comme une page extrêmement organique, qui m’a à plusieurs reprises plongée dans des sonorités que l’on retrouve essentiellement dans la nature (et non produites par l’homme).

Certes, la volonté de décomposer certains gestes (coup d’archet, pizzicato, etc.), de les détourner (pièces insérées entre les cordes, traitement de Jean-François Blouin) nous sensibilise à la production même du son, à ses infimes caractéristiques, à ses multiples possibilités aussi, mais nous ramène surtout à l’essence même de ce que les anciens appelaient l’harmonie des sphères.