Biography

René Koering

  • France
  • Composer

[english translation not available]

Notamment connu pour avoir créé le Festival de Radio France et de Montpellier Languedoc-Roussillon en 1985, René Koering est un artiste qui multiplie les casquettes artistiques (compositeur, producteur, metteur en scène, etc.). Enfant, il étudie le piano et le hautbois à Strasbourg avant de mettre en avant ses talents de compositeur dans les années 60 au travers d’œuvres telles que Suite intemporelle (1961) ou encore Combat T.3N (1962). A cette époque, il est également l’auteur d’une série de créations présentées au Festival de Strasbourgcomme Triple et trajectoire, pour piano et deux orchestres, Trauma pour vents et percussions, puis de Finn catapulte (1967) et Quatre extrêmes (1969). En 1972, il rencontre Michel Butor, compose notamment Centre d’écoute, une création pour bande magnétique qu’il diffuse au Festival de Royan en 1973. C’est lors de ce même festival qu’il écrit Malher en 1975, sur des textes de Michel Butor avec l’Orchestre national de France. Dans les années 80, René Koering propose aussi plusieurs opéras dont Elseneur, La Lune vague et La Marche de Radetzky. En 1992, il crée Trois grands lieder avec l’Orchestre philharmonique de Montpellier Languedoc-Roussillon et présente en 1999 la 3e symphonie Jonas au Megaron d’Athènes. L’année suivante, René Koering collabore avec les DJ Manu le Malin et Torgull lors d’une création intitulée Hier, aujourd’hui, demain…. C’est année-là, Jean-Marie Cavada, alors président de Radio France, le nomme directeur de la musique jusqu’à 2004. René Koerings exerce également dans d’autres domaines: producteur à France Musique depuis 1974, il crée notamment les journées exceptionnelles de France Musique, pilote la chaîne de 1981 à 1984 et devient directeur artistique du Midem entre 1982 et 1985. A partir de 1990, il revient à Montpellier diriger l’Orchestre philharmonique puis son Opéra national en 2001. Cet artiste accompli expose aussi sa capacité de mise en scène sur Arianes à Naxos de Richard Strauss ou encore l’ Arlésienne de Cilea. Récompensé pour son talent à maintes reprises, il a notamment été fait chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mériteet a, entre autres, reçu le Grand prix de musique symphonique de la Sacem.