Jean Derome, Joane Hétu: Le mensonge et l’identité

Quatuor Bozzini

«Bel exploit.»
— Le son du grisli
«Not an easy work this suite. Life isn’t an easy matter either.»
— Vital
«… il y d’abord des pièces qui interroge l’homme, à la fois dans son positionnement dans la société, que part rapport à lui-même.»
— Revue & Corrigée
«… l’enregistrement impliquait pour les musiciens de se déplacer et d’improviser dans cet univers unique qui amène l’auditeur à une réflexion sur sa propre identité.»
— SOCAN, Paroles & Musique
«Introspective and captivating. 9/10»
— Montreal Mirror
«Hétu et Derome sortent de leur zone de confort et cela leur réussit tout à fait.»
— Voir
«On ne s’ennuie pas vraiment sur ce disque, parce qu’il s’y passe beaucoup de choses»
— Monsieur Délire
«… est brillamment interprétée par les musiciens, qui jouant dans un contexte beaucoup moins scripté qu’à l’habitude, y offrent de loin, un de leur meilleur disque.»
— CISM

Description

Cette partition, écrite à quatre mains par le duo Derome-Hétu, a été commandée et créée en 2008, dans le cadre du Forum Neue Musik 08 de la Deutschlandfunk, par le Quatuor Bozzini, une célèbre famille de cordes dont l’engagement dans la création n’est plus à défendre. Abordant la thématique politique de la cohabitation des différences, cette pièce pour quatuor à cordes, implique que les instrumentistes parlent (dans quatre langues différentes), se déplacent, improvisent et s’accompagnent eux-mêmes à l’aide d’une bande sonore.

Format
CD
Étiquette
Collection QB
Numéro de catalogue
CQB 1110

Notes des compositeurs

La thématique du Forum était: «How can we define humanity today». Le défi lancé par le Forum à ses invités était: Que pouvons-nous dire en tant qu’artistes à propos de la guerre, du terrorisme, de l’impérialisme, des conflits ethniques etc. et quelles sont nos propositions, si utopistes soient-elles? L’avant-garde peut-elle apporter de nouvelles idées, de nouvelles manières de comprendre ces différents problèmes?

Musique et politique

Dans notre société, un des rôles principaux de la musique est le maintien de l’ordre social. Où et comment trouver, dans la musique même, des propositions inspirantes au niveau politique? La musique se fait dans une communauté de l’esprit et du corps. On y retrouve des manières de cohabiter, de vivre et de penser ensemble qui remontent probablement à la préhistoire et qui constituent des bastions de résistance pour l’être humain. Tant que la musique demeurera vivante, la société restera viable. Il est un des rôle de l’art de servir de laboratoire social, de lieu d’incubation, où de nouveaux modèles de société peuvent être tentés mais où aussi, des modèles archaïques doivent être préservés. Une pièce «politique» se devait de questionner les manières traditionnelles de présenter la musique classique. Nous ne voulions pas créer un simple objet de consommation de plus. Nous avons donc proposé une approche compositionnelle comportant plusieurs types de rapport entre l’interprète et la partition: sections écrites de manière traditionnelle; sections aléatoires, ou modulaires, qui permettent aux interprétes de modifier l’ordre de présentation des éléments proposés; canevas et jeux d’improvisation menant à des sections d’improvisation ouverte. Nous sommes très conscients qu’en politique, encore plus qu’en musique classique, le mot «improvisation» constitue la pire des insultes.

Le quatuor à cordes

Le quatuor à corde nous offrait un modèle de société tout à fait fascinant à étudier. Un microcosme, un miroir de la société et de son organisation. La survie et le succès d’un tel ensemble n’est possible qu’en s’appuyant très fort sur l’idée de communauté. Un bon quatuor joue, pense et agit comme une seule personne. Pourtant, même si les instruments et les êtres sont appelés à se fusionner, chaque ensemble de musique présente un assemblage de réalités très diverses. Dans le cas du Quatuor Bozzini: deux femmes, deux hommes; un couple; deux soeurs; des origines et des langues maternelles différentes etc. Un élément de réponse a été pour nous dans l’exploration des rapports des différents membres du Quatuor Bozzini entre eux; les prendre comme des individus, pas des machines à jouer de la musique, les faire parler, crier, chanter en différentes langues, bouger, se déplacer dans l’espace.

La composition à deux

Si nous voulions «briser» le moule du quatuor classique, Bozzini en échange, nous a lancé un défi particulier qui, d’une certaine manière, a aussi certaines répercussions politiques. Le fait de demander à 2 compositeurs de travailler à une même composition nous a provoqué et déstabilisé. Cela nous a forcé à remettre en question plusieurs de nos méthodes de travail. Notre première réaction a été de demander aux Bozzini s’ils voulaient mettre notre couple en danger! Ici, nous avons travaillé par échanges d’une manière véritablement interactive. Mettre en commun à mesure le matériel composé et les différents concepts élaborés afin que chacun puisse modifier le matériel produit par l’autre ou en changer le contexte. Nous sommes très heureux de ce que la pièce est devenue et c’est beaucoup grâce à l’implication indéfectible du Quatuor Bozzini dans l’interprétation de notre pièce Le mensonge et l’identité.

Jean Derome, Joane Hétu [ii-11]

Dossier de presse

Critique

Par Luc Bouquet in Le son du grisli (France), 25 février 2012
Bel exploit.

Avec Jean Derome et Joane Hétu, compositeurs de cette œuvre, le Quatuor joue et parle (présentation des musiciens, citations diverses). En trois mouvements, Le mensonge et l’identité creuse et multiplie la cassure. Les cordes sont stridentes, acérées, oppressantes. Le quatuor à cordes est ici appréhendé comme un modèle de société, comme une communauté. Il témoigne des désunions (enchevêtrements des pièces), se déplace et se perd, sature la violence jusqu’à l’ultime tension mais maintient toujours le cap de l’échange et du partage. Bel exploit.

Review

Par Dolf Mulder in Vital #801 (Pays-Bas), 10 octobre 2011
Not an easy work this suite. Life isn’t an easy matter either.

Founded in 1999 this string quartet has built a reputation in interpreting all kinds of modern Music in well-defined projects. Earlier releases concentrated respectively on Steve Reich, James Tenney, etc. This year two new releases saw the light. Sens(e) Absence has two lengthy and otherwise related works by Ernststalbrecht Stiebler (Sehr langsam) and Daniel Rothman (Sense Absence). Sehr langsam from veteran German composer Stiebler, describes perfectly how this piece progresses. It moves very slowly forward, through a constant fading in and fading out of the strings, who play long extended notes. The piece breaths a deep sonority and ask for an exercise in patience, in just listening without expecting much to happen. Rothman is an american composer of a younger age, who composed a piece that is closely related to Sehr langsam. Also his composition is about drones and moves on very slowly, again through the playing of long extended notes. In both pieces little intervals, harmonies and other details are discovered when listening attentively. On Le mensonge et l’identité the Bozzini Quartet shows a different face. It is a work by Joane Hétu and Jean Derome for string quartet, “whom members speak, move about, improvise, and accompany themselves with a prerecorded tape.” The work is divided in three sections. In the first part we see the classical quartet. In the second part the musicians start to move on stage from their original positions. In the third section the musicians operate individually. Over the pieces the music moves from composed to improvised, from constructed to deconstructed. But whatever happens, throughout the musicians play together, cooperating in one work. The music is also meant as a metaphor for what happens in our society. Institutions disappear, leaving the individual alone and homeless. However music is a force that create community as well spiritually as physically. That is the philosophy of this piece, and that can be picked up from the spoken parts. Sometimes the music is interrupted by spoken words, and other places they move along unisono. Personally I’m not a fan of music where spoken words are part of the concept, to communicate some message. But that is a matter of taste. Not an easy work this suite. Life isn’t an easy matter either.

Critique

Par Pierre Durr in Revue & Corrigée (France), 1 août 2011
… il y d’abord des pièces qui interroge l’homme, à la fois dans son positionnement dans la société, que part rapport à lui-même.

Le quatuor à cordes québécois nous gratifie pour ce premier semestre 2011 de deux nouvelles productions (au moment où cette chronique est rédigée, paraît un 3e enregistrement, Aberrare) bien que l’une des pièces du dernier, la composition de Daniel Rothman ait été enregistrée il y a déjà 4 ans. Au-delà de la diversité des auteurs (après Reich, Tenney, Skempton, Goldstein, Vivier et quelques autres, les quatre musiciens se sont d’abord adressés à deux activistes d’Ambiances Magnétiques, un compositeur allemand et un dernier, Daniel Rothman qui œuvre dans la mouvance des enregistrements Lovely), il y d’abord des pièces qui interroge l’homme, à la fois dans son positionnement dans la société, que part rapport à lui-même. Mensonge, identité, sens, absence. Il y a comme une complémentarité entre les deux réalisations. Seul, peut-être la composition d’Ernstalbrecht Stiebler Sehr langsam (très lentement) échappe à ces questionnements, tout en mettant en jeu la capacité d’écoute, des notions de patience, parfois inhérentes à la recherche de sens, tandis que l’absence — d’un être souvent — peut être lié à une incapacité d’écoute ou à un manque de patience…

Structurellement, et musicalement, il y a toutefois deux approches. Le mensonge et l’identité privilégie plutôt le dynamisme, le mouvement, l’éclatement pour une pièce qui met en jeu le rapport de l’individu (les musiciens, du 2e mouvement au 3e, s’individualisent progressivement) à la communauté (le 1er mouvement privilégie l’entente, le regroupement). Sens(e) Absence par les deux titres qu’il propose joue plutôt sur le mode minimaliste et l’intériorisation.

Dans la composition de Jean Derome et Joane Hétu, les cordes virevoltent, grincent, jouent tantôt en unisson, tantôt en opposition et se démarquant l’une de l’autre (même physiquement, l’enregistrement donnant à attendre les bruits de pas…), usant des diverses techniques de jeu des cordes. L’intervention de la voix, récitée, citant tel ou tel auteur (Hubert Reeves, l’actrice Brigitte Poupart, Françoise Giroud…), faisant tel ou tel constant sur l’état du monde, affirmant des certitudes voire mentant et conjuguée tantôt en allemand, tantôt en français, parfois en anglais voire en italien participe de cette individualisation, (rappel des suites de la tour de Babel?). Un enregistrement tourbillonnant et plutôt passionnant.

Sehr langsam, la pièce de Ernstalbrecht Stiebler, élève dans les années 50 de Stockhausen, se présente comme un drone qui s’écoule pendant près d’une demi-heure, montrant les affinités du compositeur avec l’univers d’un — par exemple — La Monte Young (trio for strings). Sans être foncièrement originale, la qualité de l’enregistrement met en évidence le jeu complémentaire des trois registres de cordes (violon, alto, violoncelle). Sens(e) Absence semble être la suite logique. La composition de Daniel Rothman use aussi du drone, mais elle présente de subtiles variations de tonalité, comme si alternativement chacun des registres des cordes prenait l’avantage pour se fondre dans un processus qui intègre quelques interruptions et silences (10 à 15 secondes), avant de reprendre avec des sonorités parfois plus proches de l’univers électronique. Un second enregistrement qui nécessite une approche différente de l’auditeur.

Music Reviews

Par Lawrence Joseph in Montreal Mirror (Québec), 14 avril 2011
Introspective and captivating. 9/10

The string quartet acts as a microcosm for society in this multi-levelled work for strings and tape by Jean Derome and Joane Hétu. The piece stimulates mind and spirit as political and philosophical texts are intertwined with the music. Personal anecdotes from the Bozzinis and quotes from historical figures, from Napoléon to Jean Charest, mix with modern compositional strategies including improvisation and the random layering of independent parts. The tape uses the same sources, meshing perfectly with the live material. Introspective and captivating. 9/10

Guide disques

Par Réjean Beaucage in Voir (Québec), 17 février 2011
Hétu et Derome sortent de leur zone de confort et cela leur réussit tout à fait.

Créée à Cologne en 2008 lors du Forum Neue Musik, Le mensonge et l’identité est une œuvre en trois mouvements que le Quatuor Bozzini a commandée à Jean Derome et Joane Hétu. Les voix des instrumentistes se mêlent à la musique et peuvent être perçues aussi bien comme une illustration du propos musical que comme une diversion. Tous les trucs d’écriture pour quatuor y passent, et c’est en soi un bel hommage au talent des musiciens, qui doivent aussi se déplacer durant l’interprétation. Hétu et Derome sortent de leur zone de confort et cela leur réussit tout à fait. L’œuvre sera reprise le 21 février, 20 h, à l’Agora de la danse dans le cadre du festival MNM.

Journal d’écoute

Par François Couture in Monsieur Délire (Québec), 16 février 2011
On ne s’ennuie pas vraiment sur ce disque, parce qu’il s’y passe beaucoup de choses

Le Quatuor Bozzini (quatuor à cordes de Montréal) interprète une œuvre confondante signée Jean Derome et Joane Hétu. Le mensonge et l’identité se détaille en trois mouvements et fait appel à la parole et au déplacement scénique, en plus de gestes musicaux plus attendus d’un quatuor à cordes. Le texte prend beaucoup de place dans l’œuvre et se compose de bribes de sagesse d’auteurs célèbres (et mentionnés) constituant des vérités, des demi-vérités et des mensonges, ainsi que de détails biographiques (vrais ou faux) sur les interprètes. Le tout prend la forme d’une suite plutôt lourde, où la parole interrompt fréquemment le flot musical, lui-même assez rapide sauf quelques moments de lyrisme. On ne s’ennuie pas vraiment sur ce disque, parce qu’il s’y passe beaucoup de choses, mais ce n’est une écoute ni facile ni entièrement convaincante, du moins dans une première passe. J’y reviendrai.

Disque socialisme

Par François Dunlop in CISM (Québec), 12 février 2011
… est brillamment interprétée par les musiciens, qui jouant dans un contexte beaucoup moins scripté qu’à l’habitude, y offrent de loin, un de leur meilleur disque.

Le projet est séduisant: le Quatuor Bozzini interprètant une œuvre de Jean Derome et Joane Hétu. La crème de la musique actuelle rencontre la crème des petits ensembles contemporains à cordes. Sublime! dirait-on? Pas exactement. Cette crème-double ou ce double-crème (c’est selon) dérange le palet. L’idée d’y incorporer un lot de citations de grands penseurs révolutionnaires (ou moins grands) lues par les interprètes-mêmes (en italien, français, anglais et allemand) était probablement intéressante sur papier, mais, par l’amateurisme de ces orateurs (en matière de spoken word), elle vient constamment interrompre l’écoute de la trame musicale. Par moment, on croirait écouter une version pour enfant du dernier Godard. Reprise donc du Michel Gonneville: Hozhro (Collection QB, 2009) où le quatuor intégrait déjà la lecture de texte de façon un peu brouillon. Dommage, car la thématique imposée par Hétu et Derome de la «cohabitation des différences» est brillamment interprétée par les musiciens, qui jouant dans un contexte beaucoup moins scripté qu’à l’habitude, y offrent de loin, un de leur meilleur disque. Mais, ne perdons pas espoir. Avec chance, quelqu’un produira un DJ cut instrumental question d’y permettre le remixage dans les clubs. Et nous, simple mortels, aurons enfin une raison d’explorer ces boutiques qui vendent des 33 tours dans des jaquettes sans images.