John Cage: les quatuors à cordes

  • 9 février 2008
    20h00
Salle Tanna Schulich — Pavillon de musique Elizabeth Wirth — Université McGill
527, rue Sherbrooke Ouest — Montréal, Québec

Dossier de presse

Messiaen et les autres

Par Claude Gingras in La Presse (Québec), 27 décembre 2008

Bozzini’s All-Cage Evening does its Magic

Par Kate Molleson in The Gazette (Québec), 11 février 2008
La soirée «Cage» du Quatuor Bozzini fut magique. La salle Tanna Schulich de McGill, idéale pour ce genre de concerts, était presque remplie par un public très attentif. Du Cage joué avec amour, et reçu de la même façon.

John Cage’s later string quartets — the String Quartet in Four Parts (1949-50), Thirty Pieces for String Quartet (1983) and Four (1989) — are not perhaps immediately accessible. They are exercises in sonic quality, manipulating time and space to make room for a soundscape that is at once strange and mesmerizing. Our perceptions, too, are manipulated; patterns repeat and slowly evolve, so that even the slightest bowstroke becomes familiar, and dissonances are played so tenderly we forget they’re supposed to sound harsh. Cage was a fearless experimenter, and his techniques skirt the boundaries of our tolerance. In Nearly Stationary, the third movement of the String Quartet in Four Parts, it’s the nearly that’s vital. The music isn’t static, but suspended — a hiatus from real time.

Which is why the Quatuor Bozzini’s immersive all-Cage program worked so well on Saturday evening. Hearing the three pieces in succession allowed us to transition into an altered mindset, where it’s impossible to be hurried or preoccupied. McGill’s Tanna Schulich Hall — an ideal room for this kind of concert — was near full, and the audience was breathtakingly silent. This was Cage lovingly played and received.

Cagequechose avec rien

Par Claude Gingras in La Presse (Québec), 11 février 2008
L’exploit — car c’en fut un — avait attiré 125 personnes.

Bien sûr, le Bozzini aurait pu marquer le centenaire d’Elliott Carter, toujours vivant, avec une intégrale de ses quatuors à cordes. Il a choisi l’agitateur John Cage (1912-1992) et ses trois opus spécifiquement destinés à cette formation.

Sauf erreur, une première à Montréal pour un compositeur qui nous a pourtant visités à quelques reprises. L’exploit — car c’en fut un — avait attiré 125 personnes samedi soir au nouveau et acoustiquement excellent Tanna-Schulich Hall de McGill.

Le programme se déroule dans l’ordre de composition des quatuors. Tout d’abord, de 1949-50 et donc d’un Cage assez jeune: String Quartet in four parts, le «parts» faisant référence au nombre de mouvements. Au total: 21 minutes de très petits accords secs et dissonants proclamant le refus absolu de toute émotion. Tout Cage est déjà là, avec les premiers balbutiements que d’autres s’approprieront plus tard et baptiseront «minimalisme». À la toute fin, la plume laisse échapper un début de mélodie. Qu’on se rassure: elle ne commettra plus jamais cette «erreur».

Suivent Thirty Pieces for string quartet, de 1983. Comme le demande Cage, les musiciens sont postés aux quatre coins de la salle. Certains auditeurs ont la chance d’avoir, par exemple, et ce fut mon cas, la violoncelliste à quelques pas. Pendant 30 minutes, les quatre coéquipiers se partagent — se lancent, en fait — une musique beaucoup plus complexe, assortie d’une multiplicité de signes concernant les accents et la dynamique.

Dans la salle flotte un nuage d’hypnose, que l’entracte allège à peine et qui provoque même plusieurs départs. On termine avec Four, de 1989. Encore 30 minutes où, cette fois, la stérilité atteint son comble. Libres de jouer leur musique ou celle du pupitre voisin, les musiciens donnent carrément l’impression qu’ils accordent doucement et longuement, et toujours plus doucement et toujours plus longuement, leurs instruments, produisant continuellement les mêmes petits sons autour des mêmes notes, sans avancer. En fait, les Bozzini pourraient faire exactement la même chose, sans partition.

Un gros mot vient évidemment à l’esprit: fumisterie. Pourtant, on ne s’est pas ennuyé un seul instant pendant ces quelque deux heures. Parce qu’à chaque instant, Cage crée quelque chose avec rien. Il ne répond à aucune de nos questions, mais il a le don d’en susciter beaucoup!