Marleau fête Gougeon

Série Hommage Denis Gougeon

  • 24 mars 2014
    20h00
Théâtre Rouge — Conservatoire
4750, avenue Henri-Julien — Montréal, Québec

Programme

Présentation

Coproduction SMCQ et UBU théâtre de création

Dossier de presse

Quand deux Denis se rencontrent

Par Normand Babin in Montréalistement (Québec), 25 mars 2014
… les grandes collaborations artistiques créent des grandes choses.

Curieux et amusant objet mi-théâtral mi-musical que nous présentait hier la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ). Dans le cadre de l’hommage qui est rendu au compositeur Denis Gougeon cette année, on nous faisait entendre une part intéressante et rarement entendue de son travail: ses œuvres pour le théâtre. Fruits donc des collaborations entre UBU, Denis Marleau son directeur et Gougeon réparties sur plus de 20 ans d’amitiés et de complicités.

Disposés sur la scène, d’un côté les musiciens et de l’autre les comédiens avec en fond des images d’archives, animées ou non, des différentes productions présentées ici. Les comédiens nous lisent des extraits des pièces de théâtre concernées. Souvent délicieux, toujours pertinents les quatre compères ont fait crouler de rire la salle dans l’extrait des femmes savantes de Molière. Carl Béchard a aussi excellé dans le rôle du vieux personnage de Maîtres anciens. Il faut dire que le texte choisi qui avait pour sujet les gouvernements et le milieu de la culture tombait à pic et résonnait fort. C’était, je dois le dire bien humblement, une chance pour moi de me rattraper un peu dans ce qui se fait au théâtre à Montréal, ne le fréquentant pour ainsi dire pas.

La musique entendue au théâtre passe souvent inaperçue. Souvent aussitôt oubliée. En fait, la musique accomplie sa plus grande réussite dans la plus complète discrétion. Denis Gougeon a une qualité extraordinaire d’écoute et sait entendre clairement les besoins des autres. Qu’ils soient musiciens, comédiens ou metteurs en scène. Si c’est toujours lui qui écrit cette musique et qu’on y sent toujours sa patte, il sait se fondre dans la production et rendre une musique à la fois personnelle et parfaitement adaptée pour le contexte dans lequel elle est entendue. Jouissif, ce faux menuet de quatuor classique qui dérape complètement pour accompagner les paroles amères de Maîtres anciens. Cette sautillante musique foraine et grinçante qui surlignait les pitreries moliéresques. Le meilleur moment de la soirée a quant à moi été offert par la muse du compositeur, Marie-Danielle Parent.

Un violon un peu hystérique accompagne un air russe d’une folle intensité dramatique toute russophone. La soprano semble bien vouloir y laisser sa peau. Tout Tchekhov en une chanson! Le compositeur n’est jamais aussi à l’aise que lorsqu’il écrit pour la voix. C’est d’ailleurs ce qui le guide toujours dans son écriture pour le théâtre: la voix. Au service d’un genre qui n’est pas le sien, Denis Gougeon nous a démontré hier soir qu’il excelle à servir et à rendre hommage au texte qu’il accompagne tout en restant intègre à son style d’écriture. Ouvert d’esprit, Denis Marleau a su accueillir un grand compositeur dans son terrain de jeu sans crainte de se retrouver dans l’ombre, donner une place à la musique pour aérer les textes qu’il a mis en scène. L’hommage rendu hier par Denis à Denis nous prouvait, si besoin était, que les grandes collaborations artistiques créent des grandes choses.