Quatuor Bozzini / Kim Myhr

32e Festival international de musique actuelle de Victoriaville (Édition 2016)

Dossier de presse

Critique

Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 21 mai 2016
Micro-variations au programme, différents réglages en cours de route… Paisible, méditatif, sensuel.

Jeudi, le concert d’ouverture a donné lieu à un minimalisme sensuel et horizontal. Pour le plat de résistance, le guitariste norvégien Kim Myhr a maintenu un rythme constant sur un seul accord, les extrapolations harmoniques du quatuor étaient en phase avec ce qui émanait de la guitare 12 cordes… pendant qu’Erika Angell récitait ou chantonnait des mots de la poétesse Caroline Bergvall et que la proposition rythmique était complétée par le percussionniste Ingar Zach. Micro-variations au programme, différents réglages en cours de route… Paisible, méditatif, sensuel.

La planète Victo

Par Marie-Pier Frappier in Le Devoir (Québec), 20 mai 2016
Ces pièces, qui ne comportent pas plus de 100 notes chacune, sont plus que des balbutiements.

«On fait l’histoire»! Les mots du directeur général et artistique du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), Michel Levasseur, résonnaient pour la première fois sur la scène de la toute nouvelle salle de spectacles Carré 150, nichée au cœur de la ville. L’événement de quatre jours débutait en force jeudi soir et promettait d’en mettre plein les oreilles aux curieux d’ici et d’ailleurs.

Les pionniers

Au tour du Quatuor Bozzini et à Kim Myhr de baptiser le festival sur cette scène pour la première fois. L’ensemble qui travaille «extrêmement fort», pour citer Levasseur, commençait par ouvrir des portes sur l’infini avec une sélection des Microexercices du compositeur américain Christian Wolff. Ces pièces, qui ne comportent pas plus de 100 notes chacune, sont plus que des balbutiements. Avec les cordes frottées comme des peaux à tanner, les percussions très complexes s’y illustraient sous l’oeil bienfaiteur du guitariste Kim Myhr.

Ce dernier nous offrait par la suite une composition de près de 50 minutes qui ne porte toujours pas de nom, mais qui s’appuie sur la poésie magnifique de Caroline Bergvall. Les violons patients répètent sans relâche le même tempo et se mutent en basses dans un son divin. Dans une cacophonie travaillée puissamment par le créatif Ingar Zach, l’œuvre mute par moments vers une transe techno. Things disappear appuie la merveilleuse chanteuse, Erika Angell, qui entre dans la poésie de Bergvall, les paumes tournées vers le ciel, comme un ange passe. Et le tout se termine, trop rapidement, sur ces paroles bénies: «Keep The Flame Burning».

Critique

Par Éloïse Lara Desrochers in CHYZ Radio (Québec), 20 mai 2016
Plusieurs ont été soufflées par l’interprétation experte faite par Angell (Thus Owls) de la poésie de Caroline Bergvall.

La 32e édition du FIMAV s’est ouverte avec le Quatuor Bozzini (Montréal) et Kim Myhr (Norvège) qui nous ont offert une composition originale du guitariste norvégien précédé d’extraits de Microexercices de Christian Wolff. Le contraste était grand entre les explorations tendues de la première partie et la cohérence du programme principal. Le mariage réussi entre le quatuor, le compositeur et les deux invités Ingar Zach (Suède) et Erika Angell (Montréal) a permis à l’auditoire de s’abandonner complètement à la proposition de Kim Myhr. Plusieurs ont été soufflées par l’interprétation experte faite par Angell (Thus Owls) de la poésie de Caroline Bergvall.

Autres textes dans

La Presse (Québec)