Musique de chambre (noire)

Présentation

Ce spectacle-concert mêle intimement les images ouvragées de la vidéaste Nathalie Bujold avec la musique évocatrice du compositeur Taylor Brook, et celle du Quatuor Bozzini qui s’aventure dans des explorations inédites. De cette collaboration créative ressort un “trialogue” constant entre l’ensemble sur scène, les images et la trame sonore.

L’ approche de Nathalie Bujold a été de produire des images avec le son, de créer du son avec les images et former le pari d’intégrer le tout avec les propositions de Taylor Brook et la musique vivante du Quatuor Bozzini.

Le public a pu apprécier un volet de cette collaboration lors de la présentation de l’installation Études vidéographiques pour instruments à cordes de Nathalie Bujold, à la Cinémathèque québécoise en avril 2015, dans le cadre et en collaboration avec le Festival international des Films sur l’Art.

Cette fois, c’est la version performative des échantillonnages et improvisations qui est mise de l’avant. Pour compléter les cadrages intimes et épurés des instruments à cordes, de riches paysages de Salt Spring Island (C-B) issus d’une première résidence au ArtSpring Centre en 2012 viennent se greffer au canevas.

Les œuvres Breaking Out, Stagger et Quatuor de quatuors de Taylor Brook et les multiples improvisations des musiciens ponctuent les images. Le résultat: une fresque visuelle et musicale des plus dynamique!

  • Interprétation musiques écrites et improvisées: Quatuor Bozzini
  • Composition des musiques écrites: Taylor Brook
  • Vidéos — image et son: Nathalie Bujold
  • Sonorisation: Pierre-Marc Beaudoin

Coproduit par le Quatuor Bozzini et la Cinémathèque québécoise, et présenté dans le cadre de Akousma 12.

Dossier de presse

Festival Akousma XII

Par Philippe Desjardins in Le canal auditif (Québec), 9 novembre 2015
… plus immersive; plus exigeante par moment, plus introspective…

C’est avec enthousiasme que l’on attendait la douzième édition du Festival Akousma à l’Usine C, grande messe des disciples des musiques numériques immersives, qui se déroulait du 28 au 31 octobre dernier. D’abord parce que l’édition précédente avait laissé d’excellents souvenirs; ensuite parce que «l’acousmonium», cet orchestre de haut-parleurs, permet de donner vie à des œuvres bien plus grandes que le cadre réduit de la stéréophonie; et finalement parce que le niveau d’expérience des compositeurs annonçait de grands moments de maîtrise sonore. Les créations étaient rassemblées sous quatre thèmes esthétiques, dont les frontières n’étaient évidemment pas étanches. Après tout, s’il y a bien un festival de musique où la liberté de création en fait sa pierre d’assise, c’est bien celui d’Akousma.

Les «Fréquences pulsées» affichaient complet mercredi, et les spectateurs étaient clairement préparés à une expérience sonore hors de l’ordinaire. Pas un bruit dans la salle pendant (presque) toute la soirée. Nous avons eu droit à une qualité d’écoute exceptionnelle, bien au-delà de ce à quoi nous sommes habitués même à la Maison symphonique, qui devait être jalouse de l’Usine C ce soir-là. Xavier Madore a commencé la soirée avec Récit d’un presqu’aller-retour (2014), pièce rythmée au phrasé complètement éclaté; récipiendaire du premier prix au concours JTTP 2015. Fernando Alexis Franco Murillo a proposé un montage de souvenirs sonores avec Für Alexandra (2015), offrant au passage du «field recording» urbain et de l’échantillonnage anecdotique. Martin Bédard et la flûtiste Marie-Hélène Breault ont diffusé Replica (2013), une pièce [co-]composée à partir de sons de flûtes, transformés en une suite de souffles et de vibrations. Scant Intone (Constantine Katsiris) a interprétDelay Line Memories (2001-2015), une compilation d’études sonores gravitant autour de la musique drone et la manipulation live de synthèse sonore. Après l’entracte, Benjamin Thigpen nous a présenté Pulse (2015), une œuvre en trois parties développée à partir d’un synthétiseur analogique Buchla 200. Nicolas Bernier a honoré le thème de la soirée avec une performance audiovisuelle énergique de Frequencies (synthetic variations) (2013), au grand plaisir du public.

Les «Cristaux bruités» de la deuxième soirée débutaient avec Plastic Recollections 6 (2015), de Junya Oikawa. Sixième pièce d’une série dédiée à l’exploration de matières sonores, celle-ci proposait la caisse claire, déchiquetée et recollée à travers une suite de variations rythmiques surprenantes. Jesse Osborne-Lanthier nous a présenté (prenez un petit souffle) Embodying Strategic Self-reference in a World Futures Conference or Applying a Stereo Field to a 45-Speaker Setup (2015), un montage dense de bruits et d’échantillons qui avait un je-ne-sais-quoi de décoiffant. Œuvre pour orgue et électroniques, The Long Shadow of Decline, Pt I-III est tirée de l’album Still Light, Outside (2015) de John Chantler, un passionné de circuits électroniques et de toile de fond organique. Dominic Thibault a fermé le concert de façon concrète avec (se) (2015), une murale sonore en huit mouvements.

Les «Vents oscillés» de vendredi se sont déployés gracieusement avec les pièces Morphine (2015) et Vents sauvages (2015) du duo Jane/Kin, formé de la saxophoniste Ida Toninato et de l’électroacousticienne Ana Dall’Ara Majek. Golden Retriever, un autre duo, formé cette fois de Matt Carlson (synthétiseur modulaire) et Jonathan Sielaff (clarinette basse), ont interprété Untitled (2015), une trame en partie improvisée qui oscille entre les impulsions synthétiques et les dissonances cuivrées. Thomas Ankersmit a renouvelé l’expérience auditive en explorant les «otoémissions acoustiques», des sons produits par l’oreille en réaction à des sons externes, Otolith (2014-2015) dans ce cas-ci. Capital Movements (2015) d’Ilpo Väisänen a conclu le concert avec intensité, spatialisé exceptionnellement par le directeur artistique du festival, Louis Dufort.

Les «Champs modulés» de samedi ont débuté avec deux classiques du compositeur John Rea; S.P.I. 51 (1968) et STER 1.3 (1968), spatialisé également par le DA Louis Dufort. Roxanne Turcotte a débuté l’interprétation de son œuvre Bestiaire (2010-2014) avec un appeau à oiseau, et a enchaîné par la suite avec une spatialisation très réussie de sons d’animaux. Georges Forget et Martin Bédard nous ont présenté la somme de leur collaboration avec l’excellente Prismasonor (2015), œuvre découpée offrant une palette sonore partant du filament de bruit à l’ouragan d’échantillons. Valerio Tricoli a interprété La Casa Declivia, une improvisation électroacoustique basée sur la manipulation live de matériaux sonores. Martin Messier a terminé le festival avec Field (2015), une expérience audiovisuelle dynamique rendue possible par la captation de champs électromagnétiques, rien de moins.

La douzième édition est terminée, et on ressent une grande satisfaction; curiosité assouvie et oreilles nettoyées jusque dans les nerfs auditifs. S’il y a une comparaison à faire avec l’édition précédente, c’est que celle-ci était plus immersive; plus exigeante par moment, plus introspective, peut-être même proche d’une forme de transe dans certains cas. Le voyage offert était plus abstrait cette année, et laisse des marques qui donnent autant envie de composer une fresque monumentale que de s’asseoir dans un coin comme un haut-parleur mal positionné.