Une idée sinon vraie…

Présentation

Dans un dialogue entre le corps et la musique, entre une source historique et la contemporanéité de l’humain, le danseur et chorégraphe Marc Boivin a travaillé en étroite collaboration avec la compositrice d’origine serbe Ana Sokolović et le Quatuor Bozzini à un projet unique dont la première a eu lieu à l’automne 2012 à l’Agora de la danse. Un voyage au cœur des sources, sources de l’identité, de la collaboration, du mouvement et de la musique, de la mise en espace scénique d’un propos, d’un danseur et de quatre musiciens, telle une troupe débarquant sur une place publique.

«Cette création tente de livrer une idée sinon vraie, du moins vraisemblable… de ce que je suis, de ce qu’est l’autre, de ce que je serai ou voudrais être, de ce que l’autre a été, de comment il est autre, explique Marc Boivin. Pour chaque être humain, il existe un scénario et un générique, des rôles et des chapitres de vies. En parallèle, sur une scène, des personnages, chacun incarnant une synthèse esthétique. À chacun son générique, un scénario, et une idée de ce qu’il est… sinon vraie, du moins vraisemblable. Tous des fragments poétiques, des personnages d’un jeu d’essais et d’erreurs. Tous des auteurs possibles, toujours vivants.» Construite à partir de Commedia dell’arte I et II, une œuvre musicale d’Ana Sokolović inspirée de personnages issus de cette forme théâtrale, tous des archétypes appelés à retrouver l’universalité de leurs caractéristiques, Une idée sinon vraie… sonde en parallèle, le rapport entre la danse et la musique, l’abstraction en tant qu’espace dynamique dialoguant avec l’essence humaine et les jeux de rôles, joués autant à l’intérieur de la boite noire qu’à l’extérieur, et nous confronte à une idée sinon vraie, du moins vraisemblable, de ce que nous sommes, de la liberté à l’intérieur de nos scénarios ou de l’absence de cette liberté.

  • Projet initié par: Ana Sokolović
  • Musique originale: Commedia dell’arte I et II, Ana SokolovićCommedia dell’arte I commande du Centre d’arts de Banff et de la CBC; Commedia dell’arte II commande du Quatuor Bozzini avec le soutien du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec.
  • Chorégraphie et interprétation: Marc Boivin
  • Musique interprétée par: le Quatuor Bozzini (Mira Benjamin, Isabelle Bozzini, Stéphanie Bozzini, Clemens Merkel)
  • Conseillère artistique et répétitrice: Sophie Corriveau
  • Éclairages: Lucie Bazzo
  • Costumes: Angelo Barsetti
  • Scénographie: Marc Boivin en collaboration avec Lucie Bazzo, Josiane Saucier et Saturnin Goyer
  • Réalisation de la scénographie: Saturnin Goyer et Josiane Saucier
  • Directeur technique et régisseur: Saturnin Goyer
  • Administration — production: Aude Watier / Nicolas Godmaire
  • Durée: 60 minutes sans entracte
  • Public visé: tout public
  • Producteurs: Marc Boivin et le Quatuor Bozzini

Pour la réalisation de ce projet, Marc Boivin, le Quatuor Bozzini et Ana Sokolović ont reçu le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts de Montréal, du programme Libre comme l’art du Conseil des arts de Montréal, de la Banff International String Quartet Competition, de la Société de musique contemporaine du Québec, de la CBC, du Groupe Le Vivier, de la Fondation Socan, du Matralab et de La Liste. Ils ont bénéficié d’une résidence de création au Banff Centre (programme de résidence en arts de la scène), à Circuit-Est centre chorégraphique et à l’Agora de la danse.

Dossier de presse

Critique

Par Catherine Lalonde in Le Devoir (Québec), 25 octobre 2012
La relation entre les musiciens, le danseur et la chorégraphie est belle, juste et fragile.

Marc Boivin a 30 ans d’expérience comme danseur, mais débute, depuis quelques années, en tant que chorégraphe. Après Impact (2009), le voilà déjà à l’Agora de la danse, sur une idée, un thème — la commedia dell’arte — et une musique d’Ana Sokolović, accompagné par le Quatuor Bozzini. Une idée sinon vraie… marche sur un fin fil entre les contraintes aux gestes, son, sujet, et notes.

Un quatuor à cordes — Clemens Merkel, Stéphanie et Isabelle Bozzini, Mira Benjamin — et un danseur, vêtus de lourds tissus bruns et foncés, posent sur scène. Puis, dans le noir, les cordes vibrent d’harmonies étranges. Suivant les mouvements musicaux, Marc Boivin évoquera de son impressionniste façon, par états de corps ou gestes plus élaborés, Colombine, Pantalon, Arlequin et consorts, bougeant entre les musiciens, part entière du tableau.

La musique est la principale vedette, portée et imagée par les interprètes. La relation entre les musiciens, le danseur et la chorégraphie est belle, juste et fragile. Les intruments et partitions sont natures mortes, les corps des musiciens natures vivantes, sans maladresses. La pièce répond avec sensibilité aux défis du concert chorégraphié.

L’écriture de Boivin a fait un bond. Les personnages lui donnent une théâtralité incarnée, des visages qu’on ne lui avait pas vus. Quelque chose, chez le danseur, est en train de changer, et intrigue. Sa fluidité, malgré des chevilles fragiles au soir de la première, en est plus ancrée.

Une idée sinon vraie… est faite de fort bons éléments — dont l’efficace costume d’Angelo Barsetti. Mais l’ensemble est cousu si serré que le spectateur rebondit sur ce tissu plutôt que de s’y fondre. Malgré les gradins sur trois côtés de scène qui rappellent la place publique, le quatrième mur reste étanche: on assiste à une historique nostalgie, sans y céder. Dur de dire pourquoi. Comme si manquait, au moins évoquée, une idée, sinon vraie, des cabotinages, fous rires, lazzis, désordres qui viennent aussi avec la commedia dell’arte.

La commedia, sous le masque, à même la peau

Par Catherine Lalonde in Le Devoir (Québec), 20 octobre 2012
La nouvelle chorégraphie de Marc Boivin se nourrit de la musique d’Ana Sokolović, du Quatuor Bozzini et de la commedia dell’arte.

La nouvelle chorégraphie de Marc Boivin se nourrit de la musique d’Ana Sokolović, du Quatuor Bozzini et de la commedia dell’arte.

C’est un projet-tiroir, une œuvre qui s’est composée en ouvrant un à un les défis de création, comme autant de poupées gigognes. La compositrice d’origine serbe Ana Sokolović, pour nourrir autrement son écriture musicale, invite d’abord le chorégraphe Marc Boivin. Elle lui impose le thème: la commedia dell’arte. Et des musiciens, pas les moindres: le Quatuor Bozzini, habitué des expériences qui sortent le concert de ses gonds. Résultat? Une idée sinon vraie…, faux solo de Marc Boivin, accompagné live par le quatuor.

Marc Boivin remonte dans le temps, à la genèse même du projet: «Ana m’a proposé de travailler autour de la commedia dell’arte, une forme pour laquelle je ne me sens aucune affinité, aucune attirance, et que je ne connais pas. Je suis tombé en amour avec la musique d’Ana, pour d’anciennes pièces comme Blanc dominant, j’ai eu un véritable coup de foudre. J’avais envie de lui dire oui, mais pas au thème… Et elle me proposait aussi de travailler avec le Quatuor Bozzini. J’ai demandé de rencontrer les musiciens [Mira Benjamin, violon, Isabelle Bozzini, violoncelle, Stéphanie Bozzini, alto, et Clemens Merkel, violon], pour voir, un par un, car je ne voulais pas avoir toute la relation du quatuor soudain face à moi. Je voulais des individus que j’allais apprendre à connaître, à travers la recherche. On est entrés en studio, en improvisant, et même pas sur la musique d’Ana.»

Interprète reconnu, pédagogue, Marc Boivin, 50 ans, fait depuis quelques années ses armes de chorégraphe. Sa longue expérience d’improvisateur l’a porté à travailler souvent, très souvent même, avec des musiciens accompagnateurs. La relation, cette fois, s’est présentée de manière entièrement différente. «J’ai l’habitude de travailler avec des compositeurs-interprètes. Là, je devais travailler avec une compositrice et des interprètes. C’est le même parallèle qu’en théâtre, où on a le dramaturge et le metteur en scène.» Chacun avec sa vision, ses exigences, ses contraintes. Dès le départ, le chorégraphe voulait intégrer, autrement, les musiciens. «J’ai été confronté au fait qu’ils ne sont pas entraînés pour bouger, que leurs gestes peuvent être maladroits, que bouger peut avoir une influence sur le son. Ana m’a rapidement souligné aussi que la manière dont sa musique serait entendue changerait, à cause de ma proposition. Elle m’a laissé une grande, grande liberté. On parle d’une intention dramatique différente mise sur une œuvre, que je rajoute à sa partition.»

Le Quatuor Bozzini est habitué aux projets flyés. Il sortait d’Ange noir: s’y rejoignaient au théâtre Momentum, un texte de Jean-François Mercier, une composition de George Crumb et les musiciens. Cette fois, ils ont «dû apprendre à travailler comme un danseur, explique l’altiste Stéphanie Bozzini. Déjà, pour que Marc puisse chorégraphier, il fallait que la musique soit là. Qu’elle soit écrite et qu’on puisse la jouer. Et la musique d’Ana Sokolović, descriptive, concrète, est très, très difficile. Elle demande beaucoup de préparation. Ensuite, poursuit la musicienne, on voulait se trouver et se retrouver là-dedans: on ne voulait pas d’un quatuor assis en formation traditionnelle, qui joue de A à Z. Marc est arrivé avec ses idées, on bouge nous aussi. Comme interprète en musique, notre travail habituel est plus cérébral: on transmet une partition, quelque chose d’écrit, à l’écoute. Là, c’est aussi un spectacle aussi pour les yeux. On a rencontré une certaine vulnérabilité, à s’exposer comme ça à quelque chose qu’on connaît moins.» Les musiciens, confirme-t-elle, sont habitués à travailler le corps pour créer un meilleur son, mais reste habituellement loin du corps-spectacle, celui qu’on offre en pâture au regard.

Marc Boivin a par ailleurs cherché pour trouver comment apprivoiser chorégraphiquement ce thème imposé de la commedia dell’arte. En consultant la bible du genre, Masques et bouffons (comédie italienne), signé en 1860 par Maurice Sand, fils d’une certaine George, il découvre l’auteur Angelo Beolco et son personnage Ruzzante. «Ce prédécesseur de Carlo Goldoni était plus improvisateur que dramaturge, préoccupé de défense sociale. Il voulait écrire dans la langue du peuple plutôt que dans celle des nobles. On se souvient moins de lui, et j’ai eu l’impression que cet homme avait dû se battre pour arriver à faire ce qu’il voulait faire. L’idée de me transposer dans sa tête à lui, dans ses insomnies de trois heures du matin à imaginer tous ses personnages de commedia m’a donné une prise pour le solo, en respectant l’inspiration et le thème d’Ana, et la mienne. Ana a d’abord écrit trois mouvements, pour Colombine, Docteur et Capitaine. À ma demande, elle a créé pour Ruzzante. J’ai bâti une certaine affection pour Isabelle [comédienne devenue personnage], qui s’est fait demander la première par le public et le peuple de jouer sans masque parce qu’elle était si belle… Il fallait les zannis, ces fauteurs de trouble, [toute la famille d’Arlequin, Scaramouche, Mascarille…]. Et Pantalon.»

La gestuelle est née d’improvisations pures, car lors d’Impact, son dernier solo présenté à Tangente, Boivin avait dans le corps «encore beaucoup de signatures apprises d’autres chorégraphes, restées à l’intérieur de mon corps d’interprète, que j’ai dû accepter.» Il s’en est cette fois détaché. La musique s’est chargée de définir les caractères sur cette gestuelle libre. «Ana a écrit des personnages. Je voulais en sortir l’essence, ce qui me touche le plus de chacun d’eux, cette idée sinon vraie… qui n’est toujours qu’une interprétation qu’on se fait. De la commedia, je suis allé chercher les excès — dans la chorégraphie, ils étaient déjà dans la musique —, et l’idée de ce qu’il y a sous le masque.» Loin des bouffonneries, des lazzis et pantalonnades, sous le masque.

Choreographer Marc Boivin Coaxes Darkness Out of Light

Par Victor Swoboda in The Gazette (Québec), 12 octobre 2012
To the sounds of jagged strings, he swung his arms wildly. His choreography was not about trying to make beautiful body lines, but about showing mood and personality changes.

His new solo, Une idée sinon vraie…, takes stock commedia dell’arte figures seriously.

For a time during the past decade, Marc Boivin was virtually the Scarlet Pimpernel of Montréal contemporary dancers. Choreographers sought him here, they sought him there, they sought him everywhere. Hardly had he finished appearing in one show than he was in another. Choreographers found good use for the strong-featured, broad-shouldered six-footer, who could show both force and tenderness as needed.

Then in 2009, Boivin had the itch that must be scratched — the choreography itch. For the first time, he performed a solo of his own creation, Impact. Boivin had been choreographing for years for his students at École de danse contemporaine (formerly LADMMI), where he has taught since 1987. There were also a couple of solos he’d made for dancers in Toronto and Winnipeg. Creating Impact, though, served notice to himself at 47, an age when men may start wistfully looking at conquering mountains.

“After a number of years, there are certain challenges you want to go to,” Boivin explained before a recent rehearsal of his new solo, Une idée sinon vraie…, to be presented this month at Agora de la Danse. “I don’t want to become a choreographer as a career change. I want to choreograph in a certain context for certain projects. There must be something that makes me excited or nervous or afraid — makes me really want to be there.”

The impetus in the case of his latest solo was the well-known Montréal composer Ana Sokolović, a member of the music department at Université de Montréal whose compositions were the focus of the 2011-2012 season of La Société de musique contemporaine du Québec. She and Boivin first met during a joint project involving their dance and music students. Beyond that, Sokolović had commissions to compose two string works: one for the 2010 Banff International String Quartet Competition and the other for the Montréal-based Bozzini Quartet. As someone who earlier composed many works for the theatre, Sokolović had the idea to combine both commissions to accompany a dance piece. The Bozzini piece seemed a particularly good candidate, since it was conceived in the spirit of that improvisatory, satirical Italian genre, commedia dell’arte.

It’s a genre that people generally associate with buffoonery and lightheartedness. If Sokolović expected Boivin to approach her music in this way, she was in for a surprise.

“In my hands, it’s not fun, because I’m a dark guy,” he said, then let out such a hearty laugh that any darkness in him disappeared. “I’ve been in a few dance films, and I was always this rapist or psycho killer.” (Another hearty laugh.)

“The underside of things always pops up for me. Commedia dell’arte is exuberant and over the top. Choreography for me never goes there.”

So Boivin took some stock commedia dell’arte figures — doctor, captain, Colombine, Isabelle, Pantalone and the Zanni — and put them to serious purpose. As interpreted by Boivin in turn, each character illustrates a part of an individual’s personality at a specific time in life.

“In our lives, we live different chapters and characters. What stays and what was a passageway to access (something else)?”

He also interprets the real-life character of Ruzzante, the stage name of the 16th-century Venetian actor and playwright Angelo Beolco. Reading about Ruzzante during a visit to Venice two years ago, Boivin was fascinated by the actor’s ability to keep many different roles in his head.

During the rehearsal, Boivin wore a floor-length hooded cape like a costume out of the Venice Carnival. He stood stone-faced while the Bozzini QuartetClemens Merkel, Stéphanie Bozzini, Isabelle Bozzini and Mira Benjamin — stood playing around him before moving to their onstage chairs and music stands. Boivin strode and stopped momentarily, then turned so that the cape whirled about his waist as he took off again in big strides. To the sounds of jagged strings, he swung his arms wildly. His choreography was not about trying to make beautiful body lines, but about showing mood and personality changes.

The work’s title, by the way, is part of a phrase that Boivin found while reading about commedia dell’arte: une idée sinon vraie, du moins vraisemblable. In other words, even if an idea is not true, it could have a credible appearance. It’s a notion that might apply not just to ideas, but to our perceptions of other people and, yes, ourselves.

Le grand dialogue: Deux explorations de la relation entre danse et musique

Par Lina Scarpellini in La Scena Musicale (Québec), 1 octobre 2012
Le public doit s’attendre à un questionnement intéressant. La mise en scène est simple mais ingénieuse et la musique d’Ana est évocatrice.

La première nord-américaine de la création Une idée sinon vraie… se tiendra du 24 au 26 octobre, à l’Agora de la danse. À partir de l’œuvre musicale en sept mouvements et trois interludes d’Ana Sokolović, la Commedia dell’arte I et II, le Quatuor Bozzini et le danseur et chorégraphe Marc Boivin se livrent sur scène à une mise à nu des facettes cachées de nos personnalités et de leurs contradictions.

Si la proposition d’Ana Sokolović ne sembla pas à prime abord interpeller le chorégraphe, c’est lors d’une visite au musée Goldoni, à Venise, que les liens se sont tissés. «Il y a des facteurs extérieurs à soi qui viennent chercher des éléments intérieurs et c’est ce que la musique d’Ana est venue chercher.» Boivin se dit troublé par le monde dans lequel on vit, un monde où on doit se construire des certitudes qui, au fond, reposent sur des idées sinon vraies du moins vraisemblables pour avancer, pour comprendre les choses. «On se crée des personnages, on revêt les vêtements des personnages pour apprendre à se connaître.» C’est en lisant un texte sur la forme de la Commedia dell’arte que le chorégraphe découvre une phrase qui inspirera le titre de l’œuvre. Ce texte d’Angelo Beolco, considéré comme le précurseur de Goldoni, contient, aux dires d’Isabelle Bozzini, quelque chose d’intemporel.

«La musique d’Ana, c’est un bijou!» affirme Boivin. Si la partition musicale en sept mouvements reflète les sept personnages emblématiques de la Commedia dell’arte, il s’est éloigné de ces personnages et de la tradition théâtrale. Sur scène, il traverse différents états, parfois fantaisistes, parfois philosophiques, qui évoquent une quête, jouant de son corps comme les musiciens de leurs instruments. Ensemble, ils s’accordent, dialoguent et se transforment. En parlant des membres du quatuor, Boivin précise: «Ce ne sont pas des acteurs ni des danseurs, mais ce sont des êtres humains. Sur scène, il y a une chimie. Et cette chimie, je la voulais.» Ils ont passé énormément de temps ensemble, à jouer, à expérimenter et à improviser. Bozzini ajoute: «On a questionné beaucoup de nos acquis et idées reçues en tant que musiciens. Il y a beaucoup de mouvement dans l’espace. Il a fallu revoir la conception de l’éclairage. Il y a eu beaucoup d’exploration: jouer dans le noir, jouer dos à dos, il y a des moments où on est transporté par le danseur.» Selon le quatuor, le public sera ravi. «Le public doit s’attendre à un questionnement intéressant. La mise en scène est simple mais ingénieuse et la musique d’Ana est évocatrice.»