Biographie

Cassandra Miller

  • Metchosin, Colombie-Britannique, Canada, 1976
  • Compositrice

Relations: Je vois mon rôle de compositrice comme celui d’une conteuse communautaire. Non pas que mes compositions renferment une trame narrative, mais ma musique, comme les contes, soutient les relations interpersonnelles. J’aimerais qu’elle laisse sous-entendre des histoires d’amitié, les histoires personnelles que nous partageons; notre amour pour les vieux airs d’opéra, notre émerveillement devant les petits bruits de la nature, la joie que nous ressentons devant l’élégance des mathématiques, et même notre enthousiasme pour l’absurde. Je m’efforce de présenter des musiques qui tissent des relations entre les interprètes, ainsi qu’entre interprète et auditeur.

Soutien: Je conçois mon rôle comme un rôle de soutien. D’abord et avant tout, j’espère soutenir mes collègues interprètes et compositeurs. Cependant, je ressens aussi une certaine responsabilité de soutenir la société en général, en soutenant les tendances sociopolitiques qui me paraissent pertinentes. Dans la communauté d’Innovations en concert, j’ai trouvé de précieux collaborateurs. Dans nos efforts de constitution d’une communauté à Montréal, au Canada et à l’étranger, nous cherchons à mieux comprendre notre place dans le monde.

Histoire personnelle: Je suis née et j’ai grandi à Metchosin, une bourgade agricole des environs de Victoria, sur la côte ouest canadienne. J’ai joué de la harpe classique de manière très sérieuse de 7 ans à 22 ans. J’ai étudié la composition avec Christopher Butterfield à l’Université de Victoria. Pendant deux ans, j’ai vécu sur l’île Salt Spring, puis j’ai étudié au Conservatoire royal de La Haye, aux Pays-Bas, avec Richard Ayres, Martijn Padding et Yannis Kyriakides. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai enseigné la composition pendant un an à l’Université de Victoria, avant de déménager à Montréal en 2009. Je suis la directrice d’Innovations en concert, un organisme sans but lucratif qui présente des concerts de musique expérimentale à Montréal. En 2011, j’ai eu l’honneur de recevoir le Prix Jules-Léger de la nouvelle musique de chambre.

[source: www.quatuorbozzini.ca] [ix-11]