Biographie

John Oswald

  • Kitchener, Ontario, Canada, 1953
  • Compositeur • Interprète (saxophone)

John Oswald, artiste aux facettes multiples, incorpore presque toujours à ses productions un élément électroacoustique. Ses œuvres font partie du répertoire régulier du Kronos Quartet, du Culberg Ballet de Suède, du Ballet de Monaco, du Deutsche Opera Ballet Berlin, du Modern Quartet, du Penderecki Quartet. Parmi ses activités récentes figurent un cortège sonore à Brasilia; une œuvre chorégraphique pour vingt-deux chorégraphes (dont Bill T Jones, Margie Gillis et Holly Small); des commandes du Ballet de l’Opéra de Lyon, du Change of Heart, de la SMCQ ainsi que du Dutch National Radio et de Radio-Canada.

Il vient de compléter une œuvre pour orchestre, piano robot et la voix chantée et désincarnée de Glenn Gould pour le Ballet national du Canada. Au cours des dernières années, il a créé une collection de portraits photographiques pour une série de Moving Stills. L’une de ses «plunderphonies» (collage audio-vidéo réalisé à partir d’œuvres existantes) sera présentée à la Hayward Gallery de Londres en mai 2000. Il réalise actuellement la bande sonore de Stress, un film projeté sur huit écrans de Bruce Mau qui sera présenté à Vienne, également en mai. Parmi ses productions récentes, on compte une création radiophonique pour quatre langues (brésilien, hollandais, anglais et allemand); l’écriture de l’animation et de la partition d’Homonymy (pour musique de chambre et cinéma); l’écriture d’une musique pour le film muet classique Metropolis; la production de la bande sonore du film gai porno Hustler White; ainsi que sa participation dans les films Un©ut de John Greyson et Sonic Outlaws de Craig Baldwin.

Le travail de John Oswald en est un de métamorphose, de détournement et d’éclectisme souvent réalisé à partir de matériaux existants. En 1990, son disque le plus célèbre, Plunderphonics (collage sonore réalisé à partir de musiques existantes) représentant Michael Jackson nu avec un corps de femme sur la pochette, a été détruit par les prudes de l’industrie discographique. Depuis, il a été édité chez Elektra, Avant, ReR Megacorp, Blast First, Swell et empreintes DIGITALes transformant les musiques et les interprétations de Stravinski, Metallica, James Brown, György Ligeti, Dolly Parton et plusieurs autres. Une rétrospective de ses Pluderphonics est actuellement en préparation. Le premier disque de sa production autour des Grateful Dead, Grayfolded, a été choisi comme la production internationale numéro un de la décennie par le Toronto Sun. La version complète de Grayfolded, terminée cette année, a été sélectionnée parmi les meilleures productions de l’année par Rolling Stone, New York Times et plusieurs autres. Cette même année, son disque de musique improvisée, Acoustics, a été le premier choix des critiques de la revue Coda.

[iii-00]