Nouvelle

Aux quatre coins du monde: Canada, Japon, Scandinavie, Grande-Bretagne!

Mercredi 27 septembre 2006

Septième saison (2006-2007)

Montréal, le mercredi 27 septembre 2006 — Sous le thème «Mots croisés», le Quatuor Bozzini vous propose à nouveau de goûter à la combinaison des classiques et des modernes. Pour 2006-2007, les concerts mettront en parallèle trois quatuors de Franz Schubert avec les œuvres de compositeurs contemporains du Japon (le 20 octobre 2006), de la Scandinavie (le 12 décembre 2006) et de la Grande-Bretagne (le 15 mars 2007). Au menu le 20 octobre, des œuvres de Chiyoko Szlavnics, Jo Kondo et Franz Schubert.

Ayant mis ses classiques en veilleuse pour la saison 2005-06, le Quatuor Bozzini explore avec grand bonheur l’univers du mélodiste Franz Schubert. Il entame sa série montréalaise avec le Quartettsatz D703 (1820), petit bijou du répertoire de quatuor à cordes. Cette pièce représente le 1er mouvement d’un 12e quatuor à cordes que Schubert laissa inachevé.

Commande du Quatuor Bozzini à la compositrice canadienne d’origine japonaise Chiyoko Szlavnics, la pièce Gradients of Detail (2005) a été jouée une première fois au festival MaerzMusik de Berlin en mars 2006. La musique se déploie en de longs et sinueux contours, variant entre l’immobile et le mouvement. L’expérience d’écoute de cette œuvre est comparable à celle de quelqu’un scrutant au microscope une peinture, en prenant conscience de minuscules détails comme la texture de la peinture ou la couleur du pigment.

Suite à un enregistrement des quatuors de Jo Kondo et Howard Skempton pour la Deutschlandfunk (DLF) à Cologne, le Quatuor Bozzini joue pour le 1er concert de la série montréalaise les trois quatuors du compositeur japonais. Intéressé principalement par les objets musicaux en composition, sa musique se caractérise entre autres par de fortes différences de timbres et l’utilisation de hoquets. Le titre Hypsotony (1989) inventé par Kondo est une combinaison des mots grecs pour hauteur et son. L’idée d‘élever le son se manifeste par des glissandos ascendants (d’environ 1/4 de ton) sur chaque note jouée par les instrumentistes. Dans Mr. Bloomfield, His Spacing (1973), les instrumentistes utilisent des gongs pour ponctuer les phrases, d’abord à l’intérieur d’une texture hétérophonique puis, en des lignes indépendantes. Avec la pièce Fern (1990), le compositeur expérimente la juxtaposition de plusieurs courtes sections ou fragments dans le but de créer une forme statique.

Le Quatuor Bozzini

Voguant librement entre l’événement d’avant-garde et le concert traditionnel, le Quatuor Bozzini, élu «Découverte de l’Année» aux Prix Opus 2001, présente une quarantaine de concerts par année. Profondément dévoués à la musique comme langage universel, ces quatre jeunes artistes communiquent avec ferveur leur esthétique musicale, à l’aide de musiques qui traversent le temps et l’espace; musique ancienne ou nouvelle, célèbre ou méconnue, étrange ou familière. Ils affectionnent particulièrement les collaborations avec des compositeurs de notre temps, créant entre autres des œuvres de Christian Wolff, Michael Oesterle, Malcolm Goldstein, Gerald Barry, Tom Johnson et Jean Lesage.

— 30 —