Œuvre

1998 — String Quartet No. 2 (1999)

Gerald Barry

quatuor à cordes

Notes de programme

Après avoir composé 1998, je suis tombé sur la nouvelle de Schnitzler Lieutenant Gustl (1900) et j’y ai retrouvé une forme qui reflète mon approche du son. Gustl, insulté par quelqu’un d’un si bas rang social qu’il ne peut être contraint au duel, doit s’enlever la vie. Il considère les ramifications d’un tel acte dans un torrent de conscience exalté. Les contenus de 1998 sont tellement diversifiés qu’ils se prêtent à de nombreuses interprétations. Peu importe la direction que vous empruntez, les contenus vous apparaîtront familiers. Vous pourriez dire qu’un drame est joué ici, toujours caché par la nature entièrement énigmatique des sons. Comme chez Gustl, on n’arrête pas de soupeser les arguments et le sang est en ébullition. (En fait, il serait intrigant de jouer simultanément 1998 et Lieutenant Gustl). En l’absence de signaux de direction, il est difficile de prévoir le destin de la musique. Comme peinture, cette pièce serait abstraite avec des éléments figuratifs occasionnels (une cuisse, un veau) — des sons qui réassurent, mais qui sont illusoires et inatteignables.