Œuvre

Fragmente-Stille, an Diotima (1979-80)

Luigi Nono

quatuor à cordes

Notes de programme

Nono est un des plus grands musiciens vivants, mais il est à redouter que, si sa passion politique continue de progresser, son activité finisse par échapper à la compétence du critique musicale. Ce portrait de Nono par Claude Rostand, en 1970, laissait encore une porte ouverte un «Nono, musicien pur». Entre-temps, le compositeur fut presque oublié dans les pays francophones. En ces années, la critique allemande et italienne se demandait si Nono s’était converti, s’il avait fait demi-tour, et cela face à des oeuvres comme Fragments - Silence pour quatuor à cordes (1979/80), Das atmende Klarsein (1980) et Quando stanno morendo. Diario polacco secondo (1982) pour voix, instruments et musique électronique. Et c’est à Lyon, en 1982, qu’eut lieu la création française du deuxième opéra, Al gran sole carico d’amore (1972/75) qui semblait confirmer le fait que le compositeur était tres occupé, voire même hanté, par la politique.

Et pourtant, le quatuor Fragments - Silence ne peut que remettre radicalement en question cette image stéréotypée de Luigi Nono. Si, jusqu’au deuxième opéra, ses ceuvres ont été marquées par de grands contrastes dramatiques, par une sonorité expressive et par la chaleur de la voix humaine mais à peine par l’intimité de la musique de chambre ce quatuor, quant à lui, s’intègre entièrement dans la tradition du genre. En effet, placé dans la lignée des grands quatuors à cordes, nous y trouvons la même concentration optimale de l’écriture musicale, cette subjectivité extrême, cette rigueur exceptionnelle et même les grandes difficultés d’exécution.

Cette oeuvre, composée entre juillet 1979 et janvier 1980, fut commandée par la ville de Bonn pour le 30e Festival Beethoven et créée par le Quatuor LaSalle le 2 juin 1980 à Bad Godesberg. Elle est dédiée à ses interprètes «mit innigster Empfindung» («avec le sentiment le plus profond»). Ces Fragments - Silence sont intimes, intériorisés jusqu’à l’ésotérisme, sont une mise en question du moi sans hésitation, de telle sorte que cette ceuvre est liée aux quatuors «existentiels» de Smetana, Hugo Wolf et Janacek, et, surtout, à la Suite Lyrique d’Alban Berg.

Ce quatuor de Nono s’intègre dans une tradition en même temps qu’il la refuse. Son titre, Fragments - Silence, indique que cette musique est faite aussi bien de sons que de silences, de pauses nombreuses et longues. Le discours musical ressemble à un paysage d’ilôts qui émergent, puis disparaissent dans la tranquillité. «Fragments» signale une structure discontinue, non linéaire, l’absence d’une trajectoire qui viserait, dès le commencement, le but final. Le titre de la pièce pour piano et bande, écrite pour Maurizio Pollini en 1976, reflétait déjà un mouvement comparable: «…sofferte onde serene …», c’est à dire une souffrance surgissante («sofferte»), une oscillation de vagues qui se perdent («onde») et le repos serein («serene»).

La sérénité, l’air frais et la lumière brillante indiquent une couleur nouvelle dans la palette du compositeur vénitien: la dominance du registre aigu, des harmoniques, le jeu sur la touche et près du chevalet, les sons produits par le bois de l’archet tiré ou battu et une dynamique entre le piano et un pianissimo à la limite de l’audible. Ce sont des sons éthérés («aus dem Aether»), des sons d’un monde plus secret («geheimere Welt»), c’est un discours qui échappe à une description verbale, qui n’est que musical. Ces Fragments - Silence s’adressent à un auditeur disposé à la découverte d’un monde. «réveiller l’oreille, les yeux, la pensée humaine, l’intelligence, le maximum d’intériorisation extériorisée, voilà l’essentiel aujourd’hui», disait Nono en 1983 lors d’une conférence à Genève.

Le «monde plus secret» de ce quatuor est énigmatique, il interroge et remet en question. Encore une fois, c’est le titre qui indique ce «monde secret»: A Diotima en effet, «… aus dem Aether…» et «… geheimere Welt…» ne sont que deux des quarante-sept fragments de poèmes de Friedrich Hoelderlin que le compositeur a placé à cinquante deux endroits de la partition. Douze d’entre eux sont tirés du poème Diotima, hommage du poète à la femme bien-aimée. La citation «… das weisst aber du nicht…» («mais cela tu ne le sais pas»), extraite de Wenn aus der Ferne («Lorsque du lointain») revient cinq fois, toujours liée à cette expression tirée du quatuor op. 132 de Beethoven: «mit innigster Empfindung». La structure musicale de l’oeuvre se reflète encore dans ces citations poétiques puisque nul vers n’est complet, mais ces fragments créent un réseau d’allusions et de souvenirs des deux amants Diotima et Hoelderlin.

La musique, pourtant, ne commente ni ne peint ces textes. Nono a formellement interdit leur récitation pendant l’exécution. Il les appelait des «chants muets» qui proviennent «d’autres espaces, d’autres cieux, pour maintenir l’espoir d’une autre manière». Il demandait que les quatre musiciens les «chantent intérieurement selon leur propre sensibilité, d’après la sensibilité de sons qui vont vers tes sons les plus doux de la vie intérieure» (Hoelderlin).

La femme, l’amante, Diotima, vit encore sous une autre forme dans cette oeuvre, forme «plus secrète» elle aussi. Il faut savoir qu’en 1889, Verdi composait dans ses Quattro Pezzi Sacri un «Ave Maria» basé sur une «gamme énigmatique». Cette prière, véritable représentation de la Vierge, est un choeur à cappella qui fusionne la polyphonie pure d’un Palestrina et le langage expressif moderne. C’est cette même «gamme énigmatique» qui fournit à Nono le matériel de base du quatuor, une base significative mais cachée. La pensée de Luigi Nono ressemble ici à celle du vieux Verdi qui réunissait le monde ancien de Palestrina avec son présent car, quelques minutes avant la fin du quatuor, se trouve, dans la partie d’alto, le commencement de la voix principale d’une chanson d’Ockeghem: «Malheur me bat». Cette chanson de la Renaissance a été imprimée en 1501, dans les Harmonice Musices Odhecaton A de Petrucci, dans la ville natale de Nono. Pendant ses études avec G. F. Malipiero et Bruno Maderna, Nono a transcrit cette chanson, et Maderna l’a orchestrée plus tard. Mais cette citation d’une plainte amoureuse du compositeur le plus énigmatique de la Renaissance ne renvoie pas seulement à l’histoire musicale, elle est en même temps chargée de souvenirs du maître et ami Bruno Maderna.

Cette mélodie ancienne et ces souvenirs sont tout aussi présents que les douleurs («Malheur me bat») et que l’espoir. Et toujours il y a cette question posée par le compositeur: «Où suis-je, qui suis-je?». Il se la pose à lui-même, et il la pose à l’auditeur en vue d’un dépassement: «Ce qui pousse vers d’autres espaces, d’autres cieux, d’autres sentiments humains, à l’intérieur et à l’extérieur, sans dichotomie entre les deux, comme la mentalité banale et manichéiste le soutient encore maintenant», disait Luigi Nono dans sa conférence à Genève. Une pensée musicale est envisagée, «qui transforme la pensée des musiciens» - «avec le sentiment le plus profond».

Juerg Stenzl