Œuvre

Streichquartett Nr. 11 F-Moll, op 95, op 95 (1810)

Ludwig van Beethoven

quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Allegro con brio
  • 2. Allegretto ma non troppo
  • 3. Allegro assai vivace ma serioso
  • 4. Larghetto espressivo-Allegretto agitato

Notes de programme

Le quatuor à cordes comme genre musical a occupé une place importante tout au long de l’activité créatrice de Beethoven. Il composa 16 quatuors à cordes et ces œuvres représentent une des plus grandes réussites dans toute l’histoire de la musique.

Il commença la composition de ses quatuors en 1798. En 1801, une année seulement après qu’il eut terminé les quatuors de l’Op. 18, Beethoven dut faire face à un événement tragique: il commençait à faire l’expérience de la surdité. Par un retournement paradoxal, cette expérience semble avoir été un catalyseur qui le propulsa vers une plus grande maturité créatrice et de plus hauts sommets. Au fur et à mesure que son style se transformait et qu’il consolidait ses avancées révolutionnaires, les symptômes de son infortune furent assumés dans une perspective nouvelle et ne furent plus l’objet de lamentations. Dans ses esquisses pour les quatuors de l’Op. 59, on retrouve cette note de la main de Beethoven: «Que ta surdité ne soit plus un secret, même dans l’art».

Le Quatuor en fa mineur Op. 95 est une œuvre charnière. Dernier de la «deuxième période» des quatuors, il a été composé en 1810 mais publié seulement en 1816. Écrit quatorze années avant le quatuor Op. 127, cette œuvre annonce sous plusieurs aspects les quatuors de la «dernière période». Comme avec les derniers quatuors, Beethoven construit cette musique à partir de petits motifs, en les combinant et développant de manières variées. Le quatuor Op. 95 est le plus concis de tous ses quatuors. Ce qui le rend unique est la manière dont Beethoven suggère la grandeur des derniers quatuors tout en se confinant à une structure formelle compacte.

Jacques-André Houle