Œuvre

Streichquartett Nr. 15 A-Moll, op 132, op 132 (1825)

Ludwig van Beethoven

quatuor à cordes

Exécutions

Notes de programme

En 1822, le prince Nikolaus Galitzin, un violoncelliste amateur ayant vécu à Vienne et admirateur de la musique de Beethoven, commande au musicien trois quatuor à cordes. La maladie retarda la composition des quatuors promis, mais dès juin 1825, Beethoven avait terminé les deux premiers, les opus 127 et 132. Dans ces deux premiers quatuors, il apportait déjà une conception entièrement nouvelle de ce genre musical.

Le premier mouvement de l’opus 132 génère un niveau élevé de tension musicale qui persiste tout au long du mouvement avec ses changements d’atmosphère, ses phrases tronquées, ses excursions harmoniques inattendues.

Bien que le scherzo représente un interlude lyrique entre le premier mouvement angoissé et le troisième, intense et éthéré, la mélodie présente plus de tension harmonique qu’on s’attendrait de la part de tout autre compositeur.

Le troisième mouvement débute par un hymne lent, solennel, interrompu par une deuxième section portant le titre Neue Kraft fühlend (Ressentir de nouvelles forces). Les deux sections reviennent à deux reprises et le mouvement se termine avec un chant sacré de grâce dont la partition dit qu’il doit être joué Mit innigster Empfindung (avec une profonde intériorité).

Dans le quatrième mouvement, une sorte de brève marche, la musique revient sur terre, dans un segment court, proche d’un récitatif, servant de transition vers le mouvement final.

Le dernier mouvement, dans un retour en la mineur, est un rondo au phrasé régulier. Mais le langage chromatique et harmonique qui suit, dissonant souvent, n’a rien de la finale emportée à laquelle on s’attend après un voyage musical long et ardu. Beethoven ne semble pas vouloir terminer ce mouvement, en taquinant l’auditeur avec des allusions que tout va bientôt se terminer… Quand le quatuor finalement touche à sa fin, c’est dans une cadence soudaine, presque inattendue, en la majeur.