Œuvre

Große Fuge, op 133, op 133 (1824-25)

Ludwig van Beethoven

quatuor à cordes

Notes de programme

Overtura (Allegro); Fuga (Allegro); Meno mosso e moderato; Allegro molto e con brio

Cette fugue immense fut composée à l’origine comme le mouvement final du quatuor en si bémol, opus 130 — mais l’éditeur de Beethoven était de l’avis qu’il était trop long et trop exigeant, pour le public comme pour les interprètes, pour venir à la fin d’une œuvre déjà longue et complexe. Après la première, Beethoven donna son accord à la publication séparée de la fugue et à son remplacement par une finale plus traditionnelle. Le nouveau mouvement final de l’opus 130 fut la dernière œuvre composée avant sa mort.

Le mouvement depuis lors connu comme la Grosse Fuge, op. 133 était différent de toute autre finale composée précédemment. Monumentale et dissonante, la fugue était aussi ardue pour les interprètes que difficile à écouter pour les auditeurs. Dans la partition Beethoven note «tantôt libre, tantôt recherchée».

Le thème principal de la fugue est annoncé au départ et devient l’objet d’une double fugue longue et puissante. Puis, la tonalité change, et une deuxième fugue, basée sur le thème secondaire de la première, prend son essor. En contraste avec l’ouverture, l’atmosphère est ici douce et lyrique. Cela est suivi par une sorte d’interlude en forme de scherzo et une coda basée sur les intervalles abruptes du thème initial. C’est Igor Stravinsky qui a peut-être le mieux résumé cette extraordinaire œuvre lorsqu’il l’a qualifiée de «musique contemporaine qui sera contemporaine pour toujours».