Œuvre

Quatuor à cordes no 1 (2001)

Jean Lesage

quatuor à cordes

Commande: Quatuor Bozzini

Création

Exécutions

Notes de programme

La réponse postmoderne au moderne consiste à reconnaître que le passé, étant donné qu’il ne peut être détruit parce que sa destruction conduit au silence, doit être revisité: avec ironie, d’une façon non innocente. Umberto Eco

Depuis quelques années, mes travaux se sont orientés, entre autres, vers une relecture critique de l’histoire de la musique. J’ai tenté d’actualiser, à travers le prisme d’une sensibilité contemporaine, certains éléments esthétiques, rhétoriques, certains gestes interprétatifs et compositionnels caractéristiques de divers courants musicaux historiques: il y a donc la volonté d’explorer, dans le domaine musical, ce que plusieurs théoriciens littéraires désignent par intertextualité ou hypertextualité. Mettre en relation — symbolique, culturelle, esthétique ou technique — un texte donné, avec d’autres textes antérieurs, pour ainsi créer un vaste réseau référentiel qui enrichit, en le démultipliant, le niveau premier de la perception. Le travail de la mémoire est au coeur de mes préoccupations artistiques. Dans mes travaux, je cherche à établir une relation féconde entre le présent de l’oeuvre et le passé de l’art. Une relation ludique avec l’histoire de la musique prend forme à plusieurs niveaux simultanés. Jeux du souvenir et de l’oubli, en une interprétation-manipulation de la mémoire. Une reconstruction du passé on l’on expose, à travers l’oeuvre, le procédé par lequel la mémoire fait, défait, refait son propre passé, en réévaluant sans cesse les statuts mouvants de l’histoire, en les projetant constamment dans nos visions de l’avenir. Cette attitude ne relève pas d’une forme de nostalgie. Il n’est pas question ici d’un retour à un paradis perdu de la musique. Il s’agit d’effacer les frontières entre le présent, le passé et l’avenir.