Œuvre

Mouvements

  • 1. A tempo
  • 2. Veloce
  • 3. Misurato e senza tempo
  • 4. Non presto, flautando al ponticello con sordina
  • 5. Presto, un pensiero a Lachenmann
  • 6. La Malinconia

Exécutions

Notes de programme

Édités en 1991-92 les Sei Quartetti brevi de Salvatore Sciarrino frappent immédiament par leur couleur. Très attiré par le timbre, le compositeur a beaucoup écrit pour les cordes. Son effort s’est orienté vers la création d’un monde sonore jusqu’alors inoui. Dans cette œuvre, les différentes techniques de jeu inventées pas Sciarrino ( notes efleurées, cordes frottées longitudinalement avec le bois ou le crin, balayages) créent un sonorité étrange et, pourrait-on dire, immatérielle. Comme le compositeur exploite uniquement les aigus, la hiérachie traditionelle du quatuor à cordes est totalement brisée: il est impossible de faire la différence entre le violoncelle et les violons par exemple. La forme, totalement calquée sur la nature physique des sons, n’obéit pas à un principe de développement traditionnel. La musique procède par impacts, éblouissements, irisations, ou bien elle adopte, comme dans le dernier quatuor, les contours du souffle humain. (Dominique Druhen)