Œuvre

Notes de programme

dans cuarteto V, alcides lanza poursuit son expérimentation avec l’idée des «multiples», déjà présente dans cuarteto IV pour quatre cors français, sensors l pour quatuor de percussions et sensors IV, pour chœur et bande magnétique, écrit en 1967 à la demande du compositeur mexicain Manuel Enriquez pour le 5e Festival de Musique Contemporaine de Mexico. cuarteto V a été joué en première mondiale par le Cuarteto Nacional de Mexico en juin 1967. cuarteto V a été écrit à la mémoire de Jackson Pollock, le peintre américain dont l’influence sur le compositeur, dans les mots de alcides lanza, s’est exercée dans ces termes: «son influence sur ce travail a été substantielle…l’exposition de Pollock que je vis à New York cette année-là a fait une très forte impression sur moi à cause des nombreuses possibilités de rythme, couleur, texture que je pouvais faire résonner dans ma musique…» la partition demande que chaque instrument soit accordé de manière différente dans le but d’obtenir des sonorités microtonales sans avoir recours à une justesse très précise. c’est en 1967 que lanza modifia profondément ses techniques de composition, surtout en adaptant certains modes de notation aléatoires et graphiques qui lui permirent de s’éloigner du système de l’harmonie tonale et de la notation rythmique conventionnelle. le compositeur et critique mexicain José Antonio Alcaraz a écrit «lanza a mis dans son cuarteto V les qualités expressives et techniques du monde de l’électronique…avec son tempérament latin, le compositeur touche à des sphères musicales inexplorées où ses textures, modes d’attaque et les aspects formels de sa musique rappellent des développement similaires dans la peinture non-figurative moderne…» cette pièce, la première parmi les œuvres de alcides lanza écrites entièrement en «notation graphique», est attrayante sur le plan visuel dans son apparente simplicité, et remarquable par l’absence presque totale de notation musicale conventionnelle. jusqu’à présent cuarteto V a été plus visible qu’audible, l’œuvre ayant apparu dans beaucoup plus d’expositions d’art que dans des salles de concert.

[iv-06]