Œuvre

Le grand méridien (2002)

Walter Boudreau

quatuor à cordes

Commande: Quatuor Molinari

Notes de programme

À l’aventure!

En 1988, j’ai composé la musique d’un documentaire de Marie Décary, dont le propos était la présence de deux artistes canadiens à la Biennale de Venise, en l’occurrence Roland Brener de Vancouver et Michel Goulet de Montréal.

Fasciné par les images de la cinéaste, dépeignant des œuvres «contemporaines» parachutées dans un décor de la Renaissance, chargé d’histoire à souhait, j’avais choisi d’utiliser un matériau de base qui s’inspirerait de la musique de cette époque tout en l’«actualisant» grâce à des techniques de transformation élaborées patiemment au fil des ans. Mon choix s’est arrêté sur un des 46 motets du compositeur espagnol Tomas Luis de Victoria (1548-1611) qui a vécu à Venise (!!!) et dont le répons à quatre voix «Tradiderunt Me In Manus Impiorum» («Ils m’ont livré aux mains des impies») m’a immédiatement séduit. Par la suite, j’ai décidé d’orchestrer certains éléments de cette musique de film et de la développer de façon autonome.

S’en suivront six œuvres, toutes basées sur le motet de Tomas Luis de Victoria pour différents ensembles instrumentaux, allant du grand orchestre avec soliste et chœur (Le Voyage) au quatuor à cordes (Le Grand Méridien) en passant par les cuivres, orgue, narrateur et percussions (Golgot(h)a). Nous trouvons donc dans l’ordre chronologique:

  1. Tradiderunt Me In Manus Impiorum 1 (1990)
  2. Golgot(h)a (1991)
  3. Encore ces questions sans réponse… (1991)
  4. Tradiderunt Me In Manus Impiorum II (1992)
  5. Le Voyage (1999-2002)Le Grand Méridien (2002)

Le Grand Méridien, (Le Grand «Nerf» Central…) clôture (pour l’instant?) en quelque sorte ce cycle d’œuvres au caractère «baroque», à travers un processus de décantation «extrême» où la forme et le contenu non seulement se rejoignent, mais fusionnent par-delà le prisme kaléidoscopique des références historiques et de l’ivresse psychédélique de l’invention pure, pour créer un objet inusité, lui-même porteur d’un nouveau «message» et qui reste encore à décrypter.

Dans cette perspective, la formation instrumentale «hard-core/heavy-métal» du quatuor à cordes m’aura peut-être servi d’alambic idéal pour faire «bouillir» toute cette riche concoction alchimique, dans l’espoir d’y trouver le Radium, ou le Nirvana, ou la Rédemption.

À suivre…