Œuvre

Arbor Vitæ (2006)

James Tenney

quatuor à cordes

Commande: Quatuor Bozzini, avec l’aide du CAC

Exécutions

Notes de programme

Arbor Vitae, la dernière œuvre de Tenney, est à la fois la culmination d’idées qui ont jailli des œuvres précédentes et une démonstration inédite d’innovations musicales de toutes sortes. Le titre traduit l’attitude du compositeur envers la vie, la musique et la composition: les racines et les branches deviennent une métaphore des structures harmoniques. L’esthétisme du compositeur se retrouve notamment dans l’utilisation de séries harmoniques pour déterminer les hauteurs et, sur une plus grande échelle, d’une seule gestalt (ou structure) mise en lumière à travers différents paramètres (dilatation/contraction d’un son, effets dynamiques de crescendo/plateau/decrescendo, augmentation et diminution de la densité temporelle, et ce, durant toute la pièce). Par ailleurs, l’évolution de certaines aptitudes compositionnelles est également fascinante. Les hauteurs, dérivées d’harmoniques jusqu’à la 1331e partielle et l’évolution des harmonies, basée sur la probabilité typique à Tenney, apportent à l’œuvre une dynamique extraordinaire. Au fur et à mesure que la pièce se déploie, les jeux des champs harmoniques variables se complexifient tout en s’étendant. Au début, les accords semblent n’avoir qu’une seule tonalité par champ harmonique, mais bientôt, des branches se développent sur les branches précédentes (à la façon d’un arbre) en établissant les tonalités et en produisant une impression de polyphonie.

Mike Winter (traduction Sylvie Brousseau)