Œuvre

Quatuor no 12 en do mineur «Quartett-Satz», D 703, D 703 (1820)

Franz Peter Schubert

quatuor à cordes

Exécutions

Notes de programme

Le critique du dix-neuvième siècle Walter Horatio Pater avait défini le romantisme comme étant «l’adjonction de l’étrangeté à la beauté». Admettons que la beauté est l’expression de sentiments nobles délimitée par des cadres aux proportions classiques, et que «l’étrangeté» réfère aux choses soit chimériques, étrangères, fabuleuses ou idéales. Alors la seconde appliquée à la première serait en effet un trait distinctif des compositeurs qui comme Schubert ont conduit du classicisme au romantisme: héritier direct de la beauté «classique», il a su à sa façon y imprimer une certaine «étrangeté». C’est d’ailleurs cet aspect qui semble en premier frapper le musicographe Alfred Einstein lorsqu’il écrit que le Quartettsatz en do mineur, D 703 «n’est pas émouvant, mais étrange». Ce «mouvement de quatuor», composé en décembre 1820 — œuvre de jeunesse autant que de maturité, donc, de la part d’un compositeur qui n’avait que 23 ans et à qui il restait à peine huit ans à vivre -, participe en effet tout autant d’une clarté de conception que de traits inédits. De proportions et de forme plutôt classiques, l’œuvre a d’étrange, selon Einstein, son atmosphère particulière exacerbée par le trémolo du début qui habite un peu le mouvement en entier. De plus, comme presque toujours chez Schubert, le chemin harmonique parcouru n’est pas du plus attendu: depuis l’inquiétant do mineur initial, il emprunte pour terminer l’exposition en un élégiaque sol majeur les chemins tortueux que sont la bémol majeur et mineur, qui nous gratifiant d’un thème lyrique à souhait coupé soudainement par de nouveaux spasmes de véhémence. Enfin — belle trouvaille — pour bien arc-bouter le mouvement, Schubert le termine avec le thème d’ouverture qu’il avait auparavant retranché du début de la récapitulation. Schubert a laissé 41 mesures d’un deuxième mouvement, un Andante malheureusement inachevé, comme le sera deux ans plus tard sa symphonie en si mineur… comme l’a été aussi sa vie trop courte.

Jacques-André Houle [x-06]