Œuvre

Quatuor à cordes no 11 en fa mineur • String Quartet No. 11 in F minor, op 122, op 122 (1966)

Dmitri Chostakovitch

quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Introduction — Andantino
  • 2. Scherzo — Allegretto
  • 3. Récitatif — Adagio
  • 4. Étude — Allegro
  • 5. Humoresque — Allegro
  • 6. Elégie — Adagio
  • 7. Conclusion — Moderato

Exécutions

Notes de programme

Chostakovitch fut l’un des compositeurs du vingtième siècle les plus importants et prolifiques tant dans le domaine de la symphonie que dans celui du quatuor à cordes, nous laissant 15 œuvres dans ces deux catégories. Pour lui, comme pour presque tous les grands créateurs de symphonies et de quatuors, il ne s’agissait cependant pas là de genres quasi-interchangeables: en effet, pour Chostakovitch, le quatuor à cordes n’était pas une sorte de symphonie de chambre. Alors qu’un grand écart stylistique et de ton sépare les premières et dernières œuvres aussi bien symphoniques que de chambre, n’empêche que celles-là exposent l’homme face à son monde extérieur (patriotique, historique, humaniste) tandis que celles-ci se sont révélé une expression polyphonique du monde plus intime du compositeur (de l’ingénuité toute optimiste du premier quatuor à la morbidité du dernier, issu de la plume d’un créateur qui sent sa fin proche). Il est d’ailleurs assez significatif que la production de symphonies est plus concentrée en première moitié de carrière, et celle de quatuors, davantage dans ses dernières années.

Le célèbre quatuor à cordes russe, le Quatuor Beethoven, a été le grand champion de la musique de chambre de Chostakovitch tout au long de sa carrière. C’est cet ensemble qui a donné la deuxième exécution des premier et dernier quatuors et la première de toutes les autres. Les quatuors nos 11 à 14 sont tous dédiés à l’un des membres fondateurs du Quatuor Beethoven. Le Quatuor no 11 en fa mineur, op. 122 est dédié au second violon originel, Vasili Pyotrovich Shirinsky, décédé peu avant sa composition. L’œuvre a reçu sa première exécution le 25 mars 1966, avec comme second violon Nikolai Zabavnikov.

L’opus 122 se présente comme une succession ininterrompue de sept mouvements, tous portant le titre d’une forme marquante dans l’histoire du genre. Si c’est le premier violon qui ouvre l’Introduction, ainsi que le thème prégnant du Scherzo, c’est le second violon seul qui de manière très significative fait le pont entre l’Élégie (mortuaire) et le Finale (qui fait un rappel de matériaux passés, plus spécialement du thème dansant du Scherzo). Malgré une certaine limpidité d’écriture, l’atmosphère — en particulier du cœur de l’œuvre — est très chargée: notez la violence initiale du Récitatif, l’impétuosité nerveuse de l’Étude, le ton grinçant de l’Humoresque, la profonde gravité de l’Élégie.

Jacques-André Houle