Œuvre

Quatuor no 8 en si bémol majeur, D 112, op posth 168, D 112, op posth 168 (1814)

Franz Peter Schubert

quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Allegro ma non troppo
  • 2. Andante sostenuto
  • 3. Minuetto allegro — Trio
  • 4. Presto

Exécutions

  • 15 Mars 2007 20h00
    Montréal
    Barry | Schubert | Skempton
  • 10 Oct 2007 19h30
    Borås
    Ny Musik — Automne 2007
    Beethoven | Schubert

Notes de programme

Pour le mélomane, évoquer le nom de Schubert fait immanquablement regretter la mort par trop hâtive qui le faucha à l’âge de trente et un ans. Mais à dix-sept ans, en 1814, Schubert ne pensait pas à la mort: il songeait à son art et à son avenir. Il espérait avant tout d’échapper à la profession d’instituteur à laquelle le destinait son père, et à cet effet, il avait entrepris ce qu’il croyait, finalement à tort, pouvoir le mener à la réussite: la composition d’un opéra, Des Teufels Lustschloss (Le Château de plaisance du diable), terminé en octobre 1814. L’œuvre demeura muette. Cependant, il eut plus de succès avec sa première Messe complète, celle en fa majeur, terminée au cours de l’été de la même année, et qui fut jouée à deux reprises au mois d’octobre.

Tout absorbé qu’il était par ces œuvres vocales, Schubert trouva le temps — et il en fallut peu! — pour composer le Quatuor en si bémol majeur, D. 112. Il en avait commencé le premier mouvement le 5 septembre, pour l’achever le jour même, «en 4 heures _», comme il l’a écrit au bas de sa partition. S’il est vrai que Schubert avait déjà amorcé ce mouvement en tant que Trio, ce qui a dû lui faciliter la tâche lorsqu’il entreprit le Quatuor, il est quand même extraordinaire de voir ce jeune homme pouvoir «composer la musique aussi vite qu’il la copie», comme l’écrit Alfred Einstein dans son livre sur Schubert. Dans le court développement de cet Allegro ma non troppo, nous avons un exemple assez frappant de ce trait si schubertien, où chaque énoncé dans un ton majeur est aussitôt repris dans sa forme mineure. Écrit du 6 au 10 septembre, l’Andante sostenuto, en sol mineur, dégage une sombre sérénité que quelques instants de bonne humeur n’arrivent pas à dissiper. Ici, certains échos des mouvements lents des quatuors «Les Dissonances», K. 465 et «Hoffmeister», K. 499 de Mozart se font entendre. Le Menuetto a été complété en un jour, le 11 septembre. Sa section Trio, en rappelant le premier mouvement et en annonçant un peu le dernier, constitue un bel élément d’unité. D’ailleurs, tout le quatuor profite d’une certaine unité de ton, cette sorte de sérénité un brin triste du second mouvement, qui démontre un souci de sérieux chez Schubert. Le Presto final, terminé le 13 septembre, se défait autant qu’il le peut de cette chape trop lourde en affichant plus d’esprit et de verve. Aussi, et surtout, il fait entendre en germe bien des éléments du Scherzo de la «Grande» Symphonie en do majeur. Ce quatuor ne fut publié qu’en 1863.

Jacques-André Houle [iv-07]