Œuvre

Quatuor en si bémol majeur • String Quartet in B-flat Major, op 67, op 67 (1876)

Johannes Brahms

quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Vivace
  • 2. Andante
  • 3. Agitato allegretto non troppo
  • 4. Poco allegretto con variazioni

Exécutions

Notes de programme

Brahms est à juste titre reconnu comme l’un des créateurs de l’époque romantique les plus accomplis dans les domaines majeurs de la symphonie et de la musique de chambre, où on lui reconnaît une fougue, un souffle qui ne rivalisent qu’avec sa grande maîtrise formelle. Et pourtant, il n’a écrit que quatre symphonies et trois quatuors à cordes. Cela pourrait s’expliquer en partie du moins par l’ombre imposante que projetait Beethoven sur le siècle, augmenté par le refus de Brahms de céder à l’attrait de la musique à programme, très en vogue à son époque, et son désir de se restreindre à des formes classiques. Du reste, il était lui-même son critique le plus sévère, ne laissant derrière lui aucune musique dont il n’aurait pas été fier.

Beethoven avait présenté ses premiers quatuors, son opus 18, la même année que sa première symphonie, en 1800, alors qu’il était âgé de 30 ans. Brahms devait attendre l’âge de 40 ans pour livrer ses deux premiers quatuors opus 51, en 1873, et 43 ans avant sa Symphonie no 1, en 1876. Les quatuors de l’opus 51 n’avaient cependant pas été les premiers essais du genre, loin s’en faut. Dès 1853, Schumann mentionne en avoir admiré plusieurs, mais de ceux-là, hélas! rien ne subsiste. L’opus 51 lui-même avait été mis en chantier autour de 1865.

Si les deux premiers quatuors de Brahms ont connu une si longue période de gestation, ce fut tout le contraire pour son troisième et dernier, l’opus 67, écrit lors du seul été 1876 et présenté au public dès le mois d’octobre à Berlin par le quatuor à cordes de son ami, le grand violoniste Joseph Joachim. Peut-être Brahms l’a-t-il livré comme un jet de fraîcheur, renouant avec l’esprit de Haydn et du jeune Beethoven, après s’être délivré la même année de sa première symphonie, elle-même sur le métier depuis 1855! L’élan irrésistible du Vivace initial — dont le thème se retrouvera à la fin du dernier mouvement en variations (forme favorite du compositeur) — fait place au chant épanoui de l’Andante. Le scherzo marqué Agitato, quant à lui, met de l’avant la voix si pleine de caractère de l’alto.

Jacques-André Houle