Œuvre

Streichquartett Nr. 10 in Es-Dur, D 87, op 125 no 1, D 87, op 125 no 1 (1813)

Franz Peter Schubert

quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Allegro moderato
  • 2. Scherzo Prestissimo — Trio
  • 3. Adagio
  • 4. Allegro

À l’écoute

Notes de programme

Une des particularités de la musique de chambre de Schubert est son évolution en pente douce, par opposition à Haydn ou à Beethoven, dont la manière en ce domaine a connu des mutations plus soudaines. Dès les premières œuvres de Schubert en ce genre, composées pour des exécutions domestiques centrées autour du quatuor familial (ses frères Ferdinand et Ignaz aux violons, lui-même à l’alto et son père au violoncelle), la musique possède déjà en son essence ces touches et cet esprit si personnels qui vont graduellement s’affiner et gagner en cohérence jusqu’aux derniers quatuors et le Quintette, D. 956. Malgré les influences et les emprunts, et parfois même les gaucheries des tout premiers quatuors qui nous sont parvenus (composés, il faut le dire, lorsque Schubert n’avait que quinze et seize ans), on y découvre ces mélodies aux tournures inimitables, cette sensibilité aux modulations harmoniques qui font que ces œuvres sont aussi «schubertiennes» que celles de la maturité. À ce propos, l’accession à la maturité chez Schubert a fort heureusement été très rapide, et la pente douce de son évolution, comprimée dans une vie si brève et franchie par un travail si acharné, prend alors une allure plus escarpée, mais toujours sans saccades. Et puis, peut-on vraiment parler d’«accession à la maturité» chez un artiste dont le parcours génial a été anéanti à l’âge de trente et un ans?

Le Quatuor en mi bémol majeur, composé en 1813 (mais publié en 1840, seulement après sa mort, comme tant de ses œuvres) fait partie de ces quatuors domestiques, écrits dans ses années de collégien alors qu’il était l’élève d’Anton Salieri. On y sent planer tout au long l’esprit de Mozart, quoique le Scherzo rappelle plutôt l’humour tout viennois d’un Haydn. Même si les idées semblent parfois assez dispersées (on a tout de même affaire à un garçon de 16 ans!), ce qui semble déjà typique de Schubert dans cette œuvre, c’est le modelé, le phrasé concentré de la mélodie. Ce quatuor, cependant, paraît exempt d’une mélancolie — qu’on peut déceler tout de même dans quelques œuvres de la même époque — qui eût pu présager d’une certaine gravité future. Place plutôt ici à la lumière et à la joie!