Œuvre

Elegy (in memoriam Michael J Baker) (2001)

Éric Morin

quatuor à cordes et alto

Notes de programme

Que puis-je dire? Pour moi, Michael était un être humain remarquable. Le genre d’être qu’on a trop rarement la chance de rencontrer dans une vie: sincère, aimable, compréhensif et, à ce que je sache, profondément amoureux d’une splendide danseuse…

J’ai fait la connaissance de Michael en 1995. Il était directeur artistique d’ARRAYMUSIC, un ensemble de musique de chambre contemporaine se produisant à Toronto. À une époque où l’on décriait mon travail sur la base de critères académiques désuets, il fut le premier à croire en moi et à me donner une chance.

Fallait-le voir sourire, j’ai accroché dès le premier regard. Il ne voulait s’adresser à moi qu’en français et il m’apprit nombre d’expressions grivoises anglaises. On s’est saoulé un soir sur le toit de son appartement, en compagnie d’une bonne bouteille de vin blanc et d’une magnifique pleine lune. Ce genre de soirée que l’on a si rarement la chance de vivre dans une vie: vraie, douce et gorgée de sens…

Mais maintenant Michael est mort, sauvagement fauché par la leucémie. Et ce soir, à la lumière de ce mince quartier de lune, si plaisamment brillant toutefois, la vie me semble la chose la plus sournoise que je puisse imaginer: donnant d’une main pour mieux voler de l’autre.

À la mémoire de cet homme unique, j’ai composé cette musique abstraite, exempte — à mes yeux — d’implication émotive; impuissant que je suis face aux desseins de l’existence…

Je remercie sincèrement de leur support financier et technique l’Orchestre Symphonique de Toronto et monsieur Roger D Moore.