Œuvre

Le mensonge et l’identité (2008, 10)

Jean Derome, Joane Hétu

quatuor à cordes et support stéréo

Commande: Quatuor Bozzini, avec l’aide du CAC et du CALQ

Mouvements

  • 1. 1er mouvement
    • 1. Le relais
    • 2. Demi-vérité A
    • 3. Demi-vérité B
    • 4. La nouvelle — Joane
    • 5. Identité 1
    • 6. ADN-Spirales
    • 7. Identité 2
    • 8. La nouvelle — Jean 1
    • 9. Demi-vérité C et D
    • 10. Appartenir I
    • 11. La nouvelle — Jean 2
    • 12. Appartenir II
    • 13. Demi-vérité F
    • 14. Appartenir III
    • 15. Demi-vérité E
    • 16. Le mensonge
    • 17. 4 solos violents
    • 18. ADN-Montée
    • 19. Demi-Vérité V
  • 2. 2e mouvement
    • 1. Pulsations
    • 2. 38 pièces
    • 3. Shiatsu
    • 4. Mélopées d’ADN
  • 3. 3e mouvement
    • 1. 16 lutrins
    • 2. ADN-Folklore

À l’écoute

Notes de programme

Pièce pour un quatuor à cordes dont les membres vont aussi parler, se déplacer, improviser et s’accompagner eux-mêmes à l’aide d’une bande sonore.

La thématique du Forum Neuer Musik 2008 prenait une tangente résolument politique et nous offrait un défi de taille: l’avant-garde peut-elle apporter de nouvelles idées, de nouvelles manières de comprendre les problèmes que nous vivons? Que pouvons-nous dire en tant qu’artistes à propos de la guerre, du terrorisme, de l’impérialisme, des conflits ethniques, etc.

Nous vivons dans une société éclatée, répressive et violente qui voue un culte à outrance à l’individualisme et où chacun ne recherche que son profit personnel. Bien qu’entourés d’une multitude de gens, nous vivons une très grande solitude parce que les grands axes de la communauté (religion, groupes sociaux, famille…) ont éclaté et n’offrent plus de quoi s’identifier, se rattacher.

La musique se fait dans une communauté de l’esprit et du corps. On y retrouve des manières de cohabiter, de vivre et de penser ensemble qui remontent probablement à la préhistoire et qui constituent des bastions de résistance pour l’être humain. Tant qu’il y aura de la musique vivante, la société sera viable.

Il s’agit de vibrer ensemble.

Nous avons pris le quatuor à cordes comme un microcosme, un modèle de la société.

Un tel ensemble n’est possible qu’en s’appuyant très fort sur l’idée de communauté. Un bon quatuor joue, pense et agit comme une seule personne. Pourtant, même si les instruments et les êtres sont appelés à fusionner, chaque ensemble de musique présente un assemblage de réalités très diverses. Dans le cas du quatuor Bozzini: trois femmes, un homme, un couple, deux sœurs, des origines différentes, etc.

Le miroir est rapidement devenu un thème important de notre pièce. Nous avons choisi de traiter du mensonge et de l’identité. Les musiciens jouent et parlent en direct ou sur bande si bien qu’on ne sait pas toujours très bien différencier le vrai du faux.

La pièce est en 3 sections et propose un éclatement graduel de la structure d’un quatuor et du déroulement habituel de ses concerts.

La première section présente le quatuor dans une configuration classique. Les pièces y sont souvent homorythmiques. Le quatuor forme un bloc et la bande intervient fréquemment.

Dans la deuxième section, le quatuor se met à se déplacer. L’espace de jeu devient plus éclaté, les musiciens jouent sur des pulsations différentes. Un certain parallélisme s’installe qui demande une empathie des musiciens, presque une télépathie. La bande ne sert que dans les transitions.

Dans la troisième section, l’espace de jeu devient complètement ouvert, les musiciens sont tous des solistes indépendants, plusieurs pièces sont jouées simultanément et la bande n’est employée que dans la finale. La partition n’est plus un rituel à accomplir inexorablement mais un processus qui permet de générer des situations de liberté et de responsabilité de la part de chaque individu.

De notre côté, pour composer à deux, nous avons aussi eu à vibrer ensemble. La composition d’une pièce musicale à deux est un exercice peu commun et nous a présenté un défi intéressant de cohabitation, de cohérence et de liberté individuelle versus le bien commun.

Pour que la liberté puisse exister, il faut une communauté et des individus. La liberté individuelle n’a pas de sens si le tissu social est éclaté, tandis que la société n’a pas de sens si ses constituants ne sont pas libres.

Le contenu de la bande est composé d’extraits musicaux du Quatuor Bozzini et des paroles des musiciens. Enregistré au Studio 270, par Robert Langlois et mixé par Joane Hétu et Robert Langlois. Le montage de la bande a été réalisé par Joane Hétu.