Œuvre

Icebergs et Soleil de minuit — Quatuor en blanc (2007)

Simon Martin

quatuor à cordes

Exécutions

Notes de programme

Voici le commentaire que rédigea Pierre Schneider au sujet de Jean Paul Riopelle et de sa série des Icebergs: Le noir et le blanc: de ces instruments par excellence du dessin, il use en peintre. Sur la surface travaillée au couteau, comme à l’accoutumée, leurs nuances sont infinies, inépuisables. Tantôt l’image littérale, engoncée dans son cerne, cassante, est comme coincée, broyée par un étau de glaces éblouissantes. Tantôt, au contraire, une neige tendre l’enveloppe, la caresse, la dissout insidieusement. Ici, noir et blanc se heurtent; là, ils se compénètrent, se dégradent en gris délicieux.» (Préface du catalogue d’exposition Jean Paul Riopelle, Paris, Musée national d’art moderne, 1981, p. 23, cité dans Riopelle, catalogue d’exposition, Montréal, Musée des beaux-arts de Montréal, 1991, p. 141).

Ce qui m’a inspiré de Riopelle, c’est cette idée d’explorer la matière selon toutes ses possibilités — sans jamais devenir systématique. Riopelle décline ces possibilités de multiples façons: par chaque coup de spatule d’une même toile (Autriche, La Jacob Chatou), par des séries de toiles (Icebergs, Le Roi de Thulé), par des diptyques (La ligne d’eau), triptyques (Cendres), des quadriptyques (Soleil de minuitQuatuor en blanc), un Polyptyque et jusqu’à plusieurs œuvres à l’intérieur d’une seule (Le Bestiaire), par des assemblages de rebuts d’expériences passées (Le grand assemblage), par le traitement d’un même sujet à travers différents médias (le hibou représenté en peinture, en sculpture, en lithographie, en techniques mixtes, etc.), etc.

En ce qui concerne ma composition, chaque section peut ainsi être considérée comme l’une des toiles d’une série, ou encore comme un coup de spatule de Riopelle regardé de près: un monde en soi; une nature, donc, organique, avec des structures contrastes et de variations qui lui sont inhérentes. À l’instar de cette nature, l’œuvre ne vise pas la démonstration de quoi que ce soit (pas de développement littéraire); plutôt, elle se veut une affirmation en-soi de la nécessité du hasard, de la nécessité obtenue par le hasard, par la constante réitération d’équations aux variables toujours changeantes car se modulant les unes les autres. Ainsi, tout est à refaire, constamment (il faut jouer pour être vivant: si on cesse de se confronter au doute et à la découverte, si on arrête de lancer les dés, alors on ne joue plus, et on meurt). En ce sens, par le biais d’un hommage au peintre de la nature que fut Riopelle, mon œuvre célèbre aussi la vie et le rythme de ses phénomènes.

[ii-09]

Icebergs et Soleil de minuit — Quatuor en blanc a été composée au printemps 2007 et a été créée le 28 avril 2007 dans la cadre du Composer’s Kitchen 2007 par le Quatuor Bozzini à la galerie B-312 à Montréal (Québec, Canada). Icebergs et Soleil de minuit — Quatuor en blanc a été finaliste du Prix Jules-Léger de la nouvelle musique de chambre en 2008.