Œuvre

No. 38 (Three Small Pieces for String Quartet) (2003)

Richard Ayres

quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Tanase’s Eyes
  • 2. [sans titre]
  • 3. “Countess Eva von Spendu (on a horse) gallops through the forest (pausing four times to contemplate natural splendor)”

Notes de programme

La pièce fut écrite pour le quatuor Mondriaan en tournée au Royaume-Uni, mais, à cause d’un manque de répétitions, seulement deux mouvements sur trois furent joués. La première pièce se veut un hommage à la chanteuse roumaine Maria Tanase, qui fut aussi populaire dans son pays qu’Édith Piaf en France. Les frères Quay m’ont montré des photos de la diva, dont une m’a particulièrement ému. Il s’agit d’un simple portrait en noir et blanc, effacé et grenu, mais où se détachent les yeux, vifs et perçants. Ma musique est une ode à cette beauté et cet esprit maintenant disparus. Le violon solo joue la mélodie qu’accompagnent les autres cordes en trémolo, à la façon des mandolines, avec un plectre très mince. À la fin, seul le violon joue.

La deuxième pièce, rugueuse et rapide, avec un son «folk» et un tempo en 11/16, est jouée au violoncelle avec les cordes à vide, soutenues par des violons rapides.

Le dernier mouvement porte un titre que tout le monde saura, j’espère, interpréter: La comtesse Eva von Spendu galope (sur son cheval) à travers la forêt (où elle s’arrête quatre fois pour contempler la beauté de la nature). On y entend de la chasse à courre, un blues à la Feldman durant 19 mesures, des violons endiablés, du calme et de la contemplation et un final lyrique.