Œuvre

Hozhro (1991-2008)

Michel Gonneville

soprano, saxophone soprano et quatuor à cordes

Mouvements

  • 1. Manifeste
  • 2. Manifeste: suite (paliers d’écosystèmes)
  • 3. 8 mots d’ordre sur un constat
  • 4. Les forces qui contrarient
  • 5. Tremblement de tente
  • 6. Restes de slogans
  • 7. Phrases décousues
  • 8. Entrée dans le sommeil
  • 9. Re-synchronisation
  • 10. Le shaman et l’âme
  • 11. Duo à pas lents
  • 12. Solfège
  • 13. Île arc-en-ciel (avec shaman, oiseaux et carillon)
  • 14. Île arc-en-ciel 2
  • 15. Réveil

Création

  • 22 Fév 2009 22h00
    Montréal
    Montréal / Nouvelles Musiques 2009
    Gonneville

Exécutions

  • 23 Fév 2009 22h00
    Montréal
    Montréal / Nouvelles Musiques 2009
    Gonneville
  • 24 Fév 2009 22h00
    Montréal
    Montréal / Nouvelles Musiques 2009
    Gonneville
  • 25 Fév 2009 22h00
    Montréal
    Montréal / Nouvelles Musiques 2009
    Gonneville
  • 27 Fév 2009 22h00
    Montréal
    Montréal / Nouvelles Musiques 2009
    Gonneville

À l’écoute

Notes de programme

À la mémoire de Jean-Pierre Perreault (1947-2002) et en hommage à Pierre Dansereau

Hozhro (harmonie, beauté, en navajo). Quatre créateurs de renom s’approprient la musique et les textes d’une cantate scénique de Michel Gonneville. Développée à partir de séquences conçues en 1991 pour accompagner la chorégraphie Îles de Jean-Pierre Perreault, cette cantate évoque le parcours d’une femme, hantée par la crise écologique, et qui cherche à retrouver l’harmonie intérieure nécessaire à toute action sur le monde.

Depuis le texte-manifeste qu’elle livre au début, énumérant les besoins et les droits de l’individu, de la société voire de la planète entière, jusqu’à la pure sonorité de syllabes intimement liées à la musique qu’elle chantera vers la fin de l’œuvre, la protagoniste entre en elle, prend la mesure d’elle-même, fuit dans le rêve et dans une poésie à la fois sensuelle et abstraite, d’où paradoxalement, elle ressortira rassérénée. Le rapport entre le personnage principal et sa conscience, c’est celui de la voix et d’un orgue microtonal invisible. Un shaman, dont le saxophone soprano et le quatuor sont la voix et le corps, accompagne, provoque, observe, soutient, commente, enrichit cet itinéraire intérieur, jusqu’à faire entrer en jeu la Nature elle-même, incarnée par le chant de multiples oiseaux.

La geste des corps, l’image projetée, la lumière révélatrice et l’espace construit se conjuguent ici à la musique et au mot pour créer un spectacle multidisciplinaire unique, présenté dans un lieu en forte tension avec sa thématique.

Terminée en 2008, Hozhro a été élaborée à partir d’une musique composée en 1991 pour la chorégraphie Îles de Jean-Pierre Perreault. L’œuvre est dédiée à la mémoire de ce grand artiste, et également en hommage à l’écologiste québécois Pierre Dansereau.