Œuvre

Exécutions

Notes de programme

Un quatuor à cordes, c’est une conversation entre quatre personnes intelligentes, entend-on dire. L’idée, juste, est de Goethe, un homme dont les modestes opinions sur la musique reflètent celles de la petite bourgeoisie. Depuis le classicisme viennois, le quatuor à cordes a en effet gardé ses lettres de noblesse dans la musique de chambre (sinon dans toute la musique). Tous les quatuors des maîtres, de Haydn à Webern, sont des mécaniques complexes dans lesquelles les moindres parties, comme les rouages d’une délicate horloge, jouent un rôle essentiel. Peut-on en dire autant des quatuors à corde I/II, plutôt déviants, de Kagel? (Les œuvres sont conçues pour être jouées ensemble ou séparément). Au lieu d’une ouverture s’épanouissant dans un crescendo majestueux, on entend un bruit ténu d’aiguilles à tricoter. Au lieu du savant enchevêtrement de la mélodie, on perçoit le ronronnement irrégulier de particules sonores. Au lieu de noble gravité; une conglutination de gestes sonores. À l’évidence, le genre est sens dessus dessous.

À l’ouverture du second quatuor, les violonistes ont en main un bâton dentelé en bois. Le premier violon doit réussir à jouer un passage de sa main gauche prisonnière d’un gant de cuir; à la fin, les musiciens doivent se regarder d’un air troublé. L’œuvre, par sa nature extrême, son mélange excessif de bruits et son abstraction sans compromis, présente au monde un visage implacable.

Les habiletés compositionnelles les plus achevées — qui exigent des interprètes la plus grande maîtrise de leur instrument — reflètent aussi l’idée que la folie de notre monde a atteint les plus hauts sommets. Même s’ils semblent tourner le dos à la beauté et à la raison, les premiers quatuors à corde de Kagel restent en quelque sorte fidèles au genre, ne fut-ce que par leur négation obstinée du rationnel.

Adaption d’une note de Werner Klüppelholtz, avec la gracieuse permission de International Music.

Traduction française: Sylvie Brousseau.