Œuvre

Marlowe S. (2009)

Jennifer Walshe

quatuor à cordes, disque compact et support

Commande: Quatuor Bozzini avec l’aide de la Ernst von Siemens Musikstiftung (Allemagne)

Création

  • 28 Jan 2010 20h00
    Montréal
    Brand | Kagel | Walshe

Exécutions

  • 29 Jan 2010 20h00
    Montréal
    Brand | Kagel | Walshe
  • 30 Jan 2010 20h00
    Montréal
    Brand | Kagel | Walshe
  • 19 Nov 2010 22h30
    Huddersfield
    hcmf// 2010
    Kagel | Walshe
  • 13 Mai 2017 20h00
    Victoria
    Cheung | Walshe

Notes de programme

Le son n’existe pas dans un vacuum sensoriel indépendant de la vue, de l’odorat ou du toucher. En tant qu’auditeur, on peut en pressentir l’intensité avant qu’il ne soit émis en observant les musiciens s’apprêtant à jouer; leurs gestes sont autant d’indices permettant à notre oreille de saisir les sons avant même qu’ils ne soient produits. Et même s’il n’y a pas de son, ou si celui-ci est de faible intensité, les mouvements des musiciens nous permettent d’entendre, à l’aide de l’oreille interne, le rythme, de percevoir la texture, les timbres ou les tonalités des ces sons. En tant qu’auditeurs dynamiques, nous engageons tous nos sens dans l’écoute du son.

Les sons (ou bruits) qui m’interpellent comprennent souvent ceux que la plupart des gens trouvent faux, ou redondants. Par exemple: celui de l’archet heurtant la table d’harmonie d’un alto, ou celui que le violoniste souffle à travers les ouïes de son instrument. Quand je travaille les sons pour une pièce, je constate qu’ils sont souvent affiliés à des émotions, ou des contextes physiques ou sociaux distincts. Il y a le son du murmure forcé de deux personnes qui, en se querellant, s’empêchent de crier afin de ne pas réveiller les enfants, ou les voisins. Celui produit par les soubresauts de la jambe d’un tromboniste irritable. Mon travail consiste à éliminer le plus d’informations possible de ces situations, comme dans un tableau dans lequel on veut isoler une figure: on peut découper la toile autour de la figure, ou peindre par-dessus les éléments indésirables. Je ne veux pas que la situation soit immédiatement perceptible; l’auditeur doit pouvoir y mettre du sien. (traduction: Sylvie Brousseau)