Œuvre

For 2 violinists, violist and cellist (2008)

Christian Wolff

quatuor à cordes

Commande: MaerzMusik Festival, pour le Quatuor Bozzini

Création

  • 28 Mars 2009 16h00
    Berlin
    MaerzMusik 2009
    Cage | Tenney | Wolff | Zimmermann

Exécutions

Notes de programme

J’ai composé cette pièce d’une part à cause d’un sentiment d’urgence. D’autre part, je désirais me frotter à un nouveau quatuor à cordes (j’en avais écrit trois déjà, le dernier il y a 20 ans). On m’a sollicité de façon plutôt vague, en me demandant d’écrire quelque chose pour violon et violoncelle. Cela me tentait, j’ai commencé à travailler. Mais une demande plus précise est tombée: est-ce que je pouvais écrire pour le Quatuor Bozzini au festival Maerzmusik? C’était une vraie commande, avec une échéance: je l’ai accepté et j’ai continué sur ma lancée, en transformant l’œuvre commencée pour violon et violoncelle en quatuor à cordes.

De nos jours, comment écrire pour quatuor à cordes, et pourquoi?

D’abord à cause de l’équilibre et de la qualité du son. Puis de la présence d’un nombre apparemment toujours élevé de nouvelles formations de ce type, qu’il faut encourager. Et il faut bien admettre que le répertoire qui leur est consacré, de Nono à Lachenmann, en passant par Feldman, est impressionnant. Quoi qu’il en soit, c’est ce qui m’était offert comme matière première, et je l’ai utilisée.

Habituellement, je n’aime pas répéter ce qui a déjà été fait, que ce soit par les autres ou par moi-même. Le problème concernant la dernière option, c’est que lorsqu’on commence une œuvre, elle a tendance à aller dans la direction qu’elle veut: il est difficile d’éviter de suivre les pistes que l’on a déjà tracées. Le mieux que je peux faire, c’est d’accorder une grande attention aux moindres détails, de les faire exister pour eux-mêmes.

Durant les cinquante dernières années, on a largement emprunté les voies de l’exploration musicale, particulièrement dans le domaine du son; de nouvelles techniques et de nouveaux effets ont été utilisés extensivement. Il me semble que l’une des dernières régions à être explorées est celle de la structure, et de ce qui en découle. Je cherche à éviter de suivre une idée, une procédure ou une texture qui uniformiserait le produit. Je préfère l’interruption et l’illogisme, non pas par goût du chaos, mais parce que je cherche d’autres formes d’arrangements, plus souples et fluides, mettant l’accent sur les interprètes et leur performance. Le résultat peut être surprenant, alors que les musiciens se lancent avec confiance dans l’action, malgré des conditions de jeu quelque peu imprécises. Tout cela a un rythme et des sensations…

(traduction Sylvie Brousseau)