Œuvre

10 Fränkische Tänze (sublimiert für Streichquartett) (1977)

Walter Zimmermann

quatuor à cordes

Exécutions

  • 25 Mars 2009 20h00
    Brno
    Expozice Nové Hudby 2009
    Cage | Stiebler | Zimmermann
  • 28 Mars 2009 16h00
    Berlin
    MaerzMusik 2009
    Cage | Tenney | Wolff | Zimmermann
  • 7 Oct 2010 20h00
    Montréal
    Cage | Tenney | Wolff | Zimmermann
  • 10 Mars 2011 20h00
    Victoria
    Cage | Tenney | Wolff | Zimmermann
  • 15 Mars 2011 20h00
    Vancouver
    Cage | Tenney | Wolff | Zimmermann
  • 18 Sept 2015 19h00
    Schwaz
    Klangspuren Schwaz 2015
    Johnston | Moosbrugger | Szlavnics | Tenney | Zimmermann

Notes de programme

Le matériau de la pièce consiste en 64 harmoniques naturelles, issues d’une scordatura, ou désaccord des quatre instruments, afin de reproduire les mélodies originales. Ce répertoire tonal «attrape» les mélodies et les entortille en transformant les accords bien tempérés en accords naturels. Il en résulte une friction entre nature et culture, une «archaïsation» de la mélodie.

Zimmermann a déjà dit qu’il voulait, dans sa musique, «coupler Cage et Feldman, c’est-à-dire, utiliser la matrice de Cage et son concept de hasard avec le lyrisme de Feldman». Le compositeur Christopher Fox a écrit à propos de ce quatuor qu’on pouvait y ressentir une réelle influence des œuvres pour ensemble écrites par Cage au début des années 1950, dont le String Quartet in Four Parts, qui ont toutes en commun un goût pour le hoquet et un monde sonore plutôt éthéré, où prédominent les harmoniques. Il s’agit, toujours selon Fox, de caractéristiques que l’on retrouve dans la Lokale Musik: ces dix danses franconiennes pour quatuor à cordes sont un exemple des plus frappants d’un arrangement exclusif de hoquets basé sur les harmoniques naturelles.

(traduction Sylvie Brousseau)