Œuvre

Liquidambars (2009)

Martin Arnold

deux violons

Commande: Quatuor Bozzini

Notes de programme

Le liquidambar (ou copalme d’Amérique) est un arbre à feuilles caduques. Je trouve qu’il porte un très beau nom, encore plus à cause de sa déclinaison du mot «ambre» (amber, en anglais), un bijou constitué de la résine d’arbre fossilisée qui circule toujours. Son autre nom, plus prosaïque, est «sweet gum» qui vient de la résine balsamique très aromatique que l’arbre produit. Et peut-être en effet «Gomme sucrée» aurait-il été un titre mieux adapté à ce duo. Ma musique s’attache aux petits détails (plus qu’aux notions de progrès ou d’évolution): Liquidambars ne fait pas exception. Mais, davantage que dans mes autres pièces, les détails de ce duo se concentrent sur des pirouettes harmoniques inattendues — une sorte de chromatisme à peine esquissé mais étonnement visqueux, à l’occasion assez charmant, mais qui colle à ma mémoire, amorphe et globuleux. Ces formes irrégulières et amorphes sont résistantes: elles ne collent pas à mon imagination — elles coulent, glissent. Liquidambars, c’est tout dire!