Œuvre

Notes de programme

J’ai écrit Parhelia à Utrech, Pays-Bas, au cours de ma résidence à l’Institut de Sonologie. Il s’agit de ma première commande, financée par les commanditaires du récital de finissant de la violoniste Lorien Benet, à qui la pièce est dédiée.

La parhélie, aussi appelé «soleil double» ou «œil de bouc», est ce phénomène atmosphérique qui procure l’illusion de voir un ou plusieurs soleils aux côtés de l’astre véritable. Ce mirage est un des souvenirs les plus persistants de mon enfance dans les Prairies alors qu’il m’arrivait de voir trois soleils dans le ciel hivernal glacial. (On retrouve également dans les Winterreise de Schubert une allusion au parhélie). La partition du violon est jouée sur les cordes à vide avec des harmoniques et forme une espèce de treillis autour de la note centrale. Le titre rend hommage à cet aspect poétique de la musique.