Œuvre

Alan Turing — Solace for Irreversible Losses (2010)

Michael Oesterle

quatuor à cordes

Commande: Quatuor Bozzini, Société Radio-Canada (SRC)

Mouvements

  • 1. Matter and Spirit
  • 2. Delilah
  • 3. The Universal Machine Concept
  • 4. Acronyms
  • 5. Morphogenesis
  • 6. Hyperboloids of Wondrous Light

Exécutions

Notes de programme

«Hyperboloids of wondrous Light
Rolling for aye through Space and Time
Harbour those Waves which somehow Might
Play out God’s holy pantomime»

— Turing, A M (1954)

L’épitaphe d’Alan Turing commence par des mots qu’il a lui-même écrits Hyperboloids of wondrous Light (les hyperboloïdes magnifiquement lumineux).

Sa vie fut étrange et extraordinaire, conjuguant bravoure émotionnelle, rigueur scientifique et pragmatisme: une vie de réalisations poétiques écrites en termes scientifiques et mathématiques. Les scientifiques me fascinent par leur pouvoir de concentration, leur créativité et leur méthode de travail, ainsi que par le fait qu’ils soient fréquemment en opposition à la société, en dépit de leur inestimable contribution à nos vies. Alan Turing était un penseur animé par la curiosité scientifique. Il était émotionnellement engagé à découvrir les liens existants entre la physique, les mathématiques, l’ingénierie, la biologie et la chimie. Il fut une figure marquante de la guerre en travaillant à Bletchley Park (centre secret du service britannique du chiffre) à casser les codes secrets des puissances ennemies. En jonglant avec les textes cryptés et les acronymes complexes, il a pu imaginer et tester des idées fondamentales, encore utilisées en informatique. Il a inventé une machine sophistiquée de codage de la voix, appelée Delilah, et une «machine universelle» (dite de Turing). Après la guerre, son travail à la Manchester University aurait pu lui assurer d’être en tête de peloton mondial pour le développement de logiciels, mais il s’est plutôt penché sur l’extraordinaire potentiel des mathématiques de la morphogenèse. Ses travaux en chimie et en biologie ont contribué à mieux faire comprendre le fonctionnement du cerveau humain et ont montré la voie à de possibles applications dans le domaine de l’intelligence artificielle. Son suicide présumé en 1954, à 41 ans, a mis en lumière les carences d’une société incapable d’apprécier à sa juste valeur l’un de ses membres les plus doués. Son homosexualité déclarée lui a valu d’être poursuivi en justice et condamné à la castration chimique, qu’il choisit en alternative à la prison. Ostracisé socialement, il fut aussi écarté de son travail au gouvernement où il travaillait comme cryptanalyste pendant la Guerre froide. Ce n’est qu’en 2009 que le gouvernement britannique a formulé des excuses officielles pour mauvais traitements.

La pièce, dont le titre pourrait se traduire par Alan Turing, consolations pour d’irréparables pertes, est une sorte de voyage en neuf mouvements. La musique est intime, sentimentale et exigeante. Elle reflète à la fois la nature du quatuor à cordes et les luttes intellectuelles internes d’un esprit libre qui refuse d’être gouverné par ses attentes, ou d’arrêter aux limites convenues, aux frontières. Le quatuor s’ouvre sur une joie simple, presque sentimentale; une arche se construit, traversant les neuf mouvements. La musique devient de plus en plus frénétique, évoluant du pragmatisme au cynisme et retombant finalement dans la tristesse. La quête d’idéaux se bute aux échéances de la guerre, puis aux persécutions injustes qui rendent, en définitive, toute joie impossible. Ces changements rapides entre différents stades de tension créatrice et d’efforts m’ont fait emprunter un chemin inhabituel. Il s’agit d’une incursion dans une gamme d’expressions me permettant de prendre des risques, d’expérimenter et de rendre hommage à un esprit libre dont nous avons irrémédiablement perdu le potentiel créatif.