Œuvre

Notes de programme

«… et dites-lui que je lui enverrai dans quelques jours des observations à propos des taches solaires et des diagrammes les représentant, qui sont absolument exacts tant dans leur forme que dans la variation quotidienne de leur position, le tout dessiné sans la moindre petite erreur et de façon élégante…» (traduction libre)

Galilée écrivit ses lettres sur les taches solaires, transcrites dans Histoire et démonstration interne à la marche du soleil, à Mark Wesler en 1612. Il y expliquait les raisons pour lesquelles il croyait que ces taches n’étaient pas des planètes, mais quelque chose à la surface du soleil. Il a publié ses lettres et ses dessins presque quotidiens de taches solaires dans l’espoir de convaincre ses envieux collègues (appelés par ses amis «la ligue des pigeons»), avec une documentation minutieuse et un argumentaire précis, qu’il n’était pas un hérétique, mais plutôt un explorateur à la recherche de la véritable nature de l’univers, par observation directe. Cette pièce est une contribution au 250e anniversaire de naissance de Wolfgang Amadeus Mozart, dont l’œuvre, dans son domaine d’élection, n’aurait pu être plus «élégante» et dont le génie, comme celui de Galilée, semble miraculeux. À la façon dont les taches solaires sont issues du soleil, les compositeurs contemporains procèdent de l’œuvre brillante de Mozart. La version originale de cette pièce, commandée par The Gallery Players of Niagara, fut écrite pour hautbois et trio à cordes. Cette présente version est un arrangement dédié au Quatuor Bozzini et au clarinettiste François Houle.