Œuvre

Mouvements

  • 1. Leaving
  • 2. Swainson’s Thrush
  • 3. Hermit Thrush
  • 4. Veery

Exécutions

Notes de programme

Le point de départ de cette pièce est inusité. Il y a plusieurs années, désirant quitter mon coin de pays de la côte ouest canadienne pour aller étudier la composition en Europe, j’ai mis sur pied une collecte de fonds pour payer mon voyage. En vendant à chaque personne rencontrée quelques mesures d’une musique qui n’existait pas encore, j’ai pu récolter un gros montant provenant d’une soixantaine de sympathisants — amis, famille, membres de la communauté. Au printemps 2011, avec l’aide du Quatuor Bozzini, j’ai enfin pu réaliser ma promesse en créantWarblework. La musique reflète bien le caractère de chacun de mes 60 donateurs; elle tente aussi de plonger au cœur même de la personnalité de chacun des membres du quatuor.

Les trois mouvements centraux de Warblework (warble=gazouillis) sont inspirés du chant des grives (grive fauve, grive à collier, grive solitaire), choisies ici pour leur ramage aux sonorités humaines. Pendant que les gazouillis sillonnent les séries harmoniques, un enregistrement au ralenti fait entendre des mélodies aux accents folkloriques et même de vieux standards de jazz.

Ces chants d’oiseaux sont encadrés par deux mouvements d’une chanson folk. Les premier et dernier mouvements citent une mélodie de la violoniste canadienne Zav RT. J’avoue au départ avoir forcé ce choix: en effet, Zav m’a grandement aidée à démarrer ma collecte de fonds et la plupart de mes contributeurs adorent sa musique. Toutefois, au fur et à mesure que cette œuvre s’écrivait, la relation entre folklore et chants d’oiseaux s’est faite plus intuitive. Il en est sorti une sorte d’ode aux sons régionaux: ceux des cafés et ceux des bois.