Œuvre

Notes de programme

Lorsque j’ai visité la Basilique Saint-Marc à Venise, l’un de mes chocs esthétiques les plus forts est venu d’une source inattendue, soit le plancher. Dans un endroit aussi axé vers le Haut qu’une basilique, on s’attend peut-être moins à être stupéfait par un plancher, entité pouvant sembler bien prosaïque comparativement à une voûte, par exemple. Pourtant, les pavements de Saint-Marc, très ancrés dans la tradition byzantine de la mosaïque, sont à mon sens des plus impressionnants. Travaillant depuis quelque temps sur des mosaïques d’objets musicaux hétérogènes en me concentrant davantage sur des assemblages en constellation que des développements linéaires, j’ai entamé un dialogue imaginaire entre ces pavements et mes préoccupations de compositeur. Spécifiquement, je me suis intéressé au travail de morcellement, d’ornementation, de répétition, de miroirs, de jeux de séquences, de zones concentriques, et - puisque cela fait aussi partie de la beauté de ces pavements - à l’usure et aux cassures. Plus généralement, je me suis intéressé aux paradoxes de ces pavements, aux transversales qu’ils tracent entre des pôles comme la rigueur géométrique et le charme décoratif, l’aridité minérale et le fleuri des motifs, l’unité et le morcellement, le presque rien et la densité, le strié et le lisse des imbrications, la différence et la répétition. Les pavements de San Marco a été composée à Montréal en 2012 pour le Duo Mandolini / Poulin, grâce au soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec.