Œuvre

Shadings (No. 50) (2011)

Peter Adriaansz

quatuor à cordes amplifié et ondes sinusoïdales

Commande: Quatuor Bozzini

Création

  • 12 Nov 2011 15h00
    Bois-le-Duc
    Adriaansz | Kondo | Tenney | Van Eycken

Exécutions

  • 17 Nov 2011 20h15
    Amsterdam
    Adriaansz | Kondo | Tenney | Van Eycken
  • 29 Nov 2011 20h00
    Montréal
    Adriaansz | Hirs | Janssens | Oh

Notes de programme

C’est peut-être parce que je viens de changer d’environnement — je travaille maintenant dans une pièce donnant sur un toit terrassé, avec un côté complètement fenestré laissant parfois entrer une insupportable lumière —, ou à cause de ma fascination pour les sources «obscures» et les réflexions; quoi qu’il en soit, Shadings (ombres), semble une tentative réfléchie de bloquer les rayons trop vifs du soleil. De plusieurs façons, l’«obscur» est le mot d’ordre de la pièce. Il apparaît dans ma préférence pour l’harmonique au lieu de la note directe, dans les accords un peu désaxés, glissant les uns vers les autres (1er mouvement) ou dans les accords s’éloignant brusquement de leur source (2e mouvement). Il se manifeste aussi par des sons concentrés sur leur propre résonance, se mouvant à l’intérieur et à l’extérieur de l’unisson rythmique (3e mouvement), ou encore par la relation, globale, du quatuor à cordes avec les ondes sinusoïdales. Dans cette pièce, j’ai souvent porté toute mon attention sur les subtiles gradations du son et du tempo. Comme dans la plupart de mes pièces récentes, Shadings est une suite de mouvements de même durée (plus ou moins 6 minutes chacun), qui sont ensuite nourris de diverses informations. Ainsi, la première partie évoque l’ascension, la deuxième, la chute et la troisième, l’approche d’un point central à partir de deux côtés. Dans les trois mouvements, le registre descend légèrement.