Œuvre

Exécutions

  • 18 Avr 2012 20h00
    Montréal
    Salon qb 2012 | Série Hommage Ana Sokolović
    Duggan | Klanac | Oesterle | Smith | Sokolović
  • 22 Mai 2012 20h00
    Toronto
    Série Hommage Ana Sokolović
    Duggan | Klanac | Oesterle | Smith | Sokolović

Notes de programme

«Certains théologiens récents sont de l’avis que le feu qui brûle et en même temps sauve est le Christ lui-même, le Juge et Sauveur. La rencontre avec Lui est l’acte décisif du Jugement. Devant son regard s’évanouit toute fausseté. C’est la rencontre avec Lui qui, en nous brûlant, nous transforme et nous libère pour nous faire devenir vraiment nous-mêmes. Les choses édifiées durant la vie peuvent alors se révéler paille sèche, vantardise vide et s’écrouler. […] Le regard du Christ, le battement de son cœur nous guérissent grâce à une transformation assurément douloureuse, comme par le feu. Cependant, c’est une heureuse souffrance, dans laquelle le saint pouvoir de son amour nous pénètre comme une flamme, nous permettant à la fin d’être totalement nous-mêmes et par là totalement de Dieu. […] La souffrance de l’amour devient notre salut et no-tre joie. […] Le Jugement de Dieu est espérance, aussi bien parce qu’il est justice que parce qu’il est grâce. […] Nous attendons tous notre salut “dans la crainte de Dieu et en tremblant” (Ph 2, 12). Malgré cela, la grâce nous permet à tous d’espérer et d’aller pleins de confiance à la rencontre du Juge que nous connaissons comme notre “avocat” (parakletos) (cf. 1 Jn 2, 1).»

— Benoît XVI, Spe salvi, lettre encyclique sur l’espérance chrétienne, §47