Œuvre

Esquisse II pour quatuor à cordes (2013)

Simon Martin

quatuor à cordes

Notes de programme

Esquisse II est une version révisée de l’esquisse destinée au Composer’s Kitchen qui s’est tenu à Montréal le printemps dernier. Il s’agit encore d’une «esquisse», puisque cette musique doit constituer la première partie d’une œuvre-concert pour quintette à cordes (quatuor à cordes et contrebasse) sur laquelle je travaille actuellement.

Cette partie traite du timbre; ou, plutôt, de la matière sonore brute — comme des sons de souffle et des sons «préparés». Ainsi, les matériaux harmoniques et rythmiques y sont à peu près inexistants. J’ai naturellement choisi de profiter de cette merveilleuse opportunité de travail avec le Quatuor Bozzini pour expérimenter ces éléments de ma future œuvre parmi tous les autres, parce que leur comportement est difficile à prévoir en ne travaillant qu’avec un crayon et du papier. En fait, Esquisse II a nécessité beaucoup de recherche, de discussion, de découpage vidéo, de classification théorique, etc. Donc, en un sens, la pièce est tout ce qu’il reste après des semaines et des mois à chercher de l’or au tamis — en espérant ne pas devenir fou!

Sur le plan esthétique, la question se pose: à quel moment, précisément, ces sons deviennent-ils de l’art? En d’autres mots, à quel moment les sons deviennent-ils plus qu’eux-mêmes — c’est-à-dire de la musique? (En travaillant avec les musiciens, ceci peut devenir une question au sens très pratique.) Cette question est le sujet même de mon art. De façon radicale, je considère la musique comme du son contaminé par le virus du langage. En cela, je reconnais que l’un ne peut exister sans l’autre, au contraire de Cage qui considérait que les sons pouvaient être perçus pour eux-mêmes sans aucune interrelation — aucune musique. Comme si une pensée pouvait exister sans le langage.

Pour ma part, lorsque je travaille avec des objets sonores, j’essaie d’éviter deux propositions extrêmes où l’œuvre devient soit

  1. Une collection trop nombreuse de ces objets, qui fait que le processus compositionnel se limite à aligner des choses;
  2. Une focalisation sur très peu de ces objets, qui fait que les interprètes deviennent les véritables compositeurs, devant littéralement «créer» chaque son.

Quelque part entre les deux, je recherche une musique (sémiologie) qui soit tout entière dédiée à une meilleure appréciation du son (phénoménologie), cette tension dialectique produisant, en fin de compte, des canevas formels et des structures dramatiques conventionnels.

Simon Martin

Montréal, 6 octobre 2013