Œuvre

Notes de programme

En 2016, cette œuvre s’est vue décerner le Prix Jules-Léger de la nouvelle musique de chambre, le plus haut honneur dans le domaine de la composition au Canada. Ce quatuor à corde est le développement d’une pièce solo pour alto (du même nom) qui fut commandée par le philantrope Daniel Cooper pour l’altiste Pemi Paull. C’est une pièce à propos de processus, à propos de la musicalité de Pemi, à propos de Bach bien sûr et, plus tard, à propos du Quatuor Bozzini. J’ai tout d’abord apporté un enregistrement d’une courte phrase (la première phrase dans le mode majeur) tirée de la célèbre Chaconne de la Partita no.2 de Bach, interprétée en concert par Pemi. J’ai ensuite méticuleusement transcrit l’enregistrement à l’aide d’un logiciel. C’est un procédé que j’ai développé pendant un certain nombre d’années afin de prendre conscience — de façon très précise — de la musicalité rythmique d’une prestation, captant du même coup divers artéfacts, comme ces partielles aiguës de l’alto qui se transforment à chaque coup d’archet. L’ouverture de la pièce est tout simplement cette phrase musicale de Bach retranscrite et harmonisée à ma façon, ce qui la transforme en un choral légèrement décontracté. À partir de là, la phrase traverse un processus en quelque sorte inaudible qu’on laisse couler jusqu’à épuisement. C’est un méandre perpétuel — une pièce sans développement dans son sens le plus extrême. Mon intérêt et ma liberté d’explorer des formes aussi simples proviennent directement de mon travail avec le Quatuor Bozzini, et cette version pour quatuor à corde est une pièce de reconnaissance en souvenir de ces années de grande inspiration.