L’art de la métamorphose

Christophe Huss, Le Devoir, January 18, 2006

Ce concert de la SMCQ mettait en valeur des créateurs québécois confirmés. Au-delà de la simple juxtaposition, la première partie, consacrée à Boudreau et Lesage, donnait l’occasion d’entendre deux compositions reposant sur la transformation d’un matériau préexistant, respectivement le motet à quatre voix Tradiderunt Me In Manus Impiorum («Ils m’ont livré aux mains des impies») de Victoria et un fragment de la 5e Symphonie de Schubert.

Le Grand Méridien s’inscrit dans un cycle comportant notamment Le Voyage et Golgotha, partitions qui s’inspirent également du motet de Victoria. À l’épreuve du quatuor à cordes, Boudreau élague la profusion quasi anarchique qui gangrenait Golgotha. Les récurrences fragmentaires du motet de Victoria sont plus fréquentes, plus lipides, comme un moyen de se ressourcer dans le tumulte. À l’image du compositeur, Le Grand Méridien est une partition viscérale. Mais il y a beaucoup plus ici, notamment dans le jeu sur la métallisation du son par un incessant balancier entre le «sul ponticello» (sonorités métalliques et grinçantes) et le jeu normal, dualité à laquelle se superposent la circulation des fragments entre les instruments et les écarts dynamiques très creusés. La dernière section, qui débute par l’indication «grave» et débouche sur un solo de violoncelle, instrument qui, in fine, portera la citation complète du motet, est remarquable d’efficacité et de raffinement dans les couleurs.

Je n’ai pas trouvé cette finesse d’esprit, cette matière et cette subtilité chez Jean Lesage. Le compositeur part d’une citation textuelle qu’il désintègre progressivement. L’œuvre repose de manière redondante sur des processus de fragmentation de cellules de plus en plus divisées. Mais le traitement sonore et linguistique du quatuor à cordes par Jean Lesage me paraît bien moins imaginatif.

Denys Bouliane, par contre, a apprivoisé ce médium, l’interaction entre les instruments et les sonorités que l’on peut en tirer. Quoiqu’on pense de ces divers tableaux, moins organiques en apparence, Bouliane a subtilement traité le sujet. Dans son commentaire de la création de l’œuvre (2003), François Tousignant avouait avoir découvert un Bouliane «totalement profond». Dans sa manière de scruter le son, assurément.

Ces compositeurs ont une chance extrême de pouvoir compter sur un quatuor aussi impliqué, sûr et imaginatif que le Quatuor Bozzini, qui évolue au top-niveau international en la matière.

Ces compositeurs ont une chance extrême de pouvoir compter sur un quatuor aussi impliqué, sûr et imaginatif que le Quatuor Bozzini, qui évolue au top-niveau international en la matière.