Critique

Réjean Beaucage, Voir, May 22, 2008

Le fait que les trois œuvres canadiennes enregistrées ici pour la première fois aient été composées dans les années 90 pourrait rendre mélancolique à propos de la difficulté à produire des enregistrements du répertoire contemporain de chez nous… Mais écoutons, et réjouissons-nous. Le Quatuor Bozzini y est si remarquable qu’il donne des ailes aux compositeurs, et le clarinettiste Jean-Guy Boisvert, trop rare sur nos scènes (il enseigne à Moncton), atteint une qualité qui frise la poésie. L’homme a été à l’école de Stockhausen et ça se sent, particulièrement dans la pièce de Piotr Grella-Mozejko. Le quatuor est plus présent, pour notre bonheur, chez Jean Lesage, qui donne son titre au disque, et chez Tim Brady. Du miel pour l’oreille.

Le Quatuor Bozzini y est si remarquable qu’il donne des ailes aux compositeurs […] Du miel pour l’oreille.